Why running sucks ?

16 avril 2013

La saga marathon – Episode 2 : Excessive ? Noooon …

16 avril 2013

Boston

16 avril 2013
empty image
empty image

La semaine dernière, les marathoniens de Paris nous ont émus avec leurs récits de courses, gorgés de ténacité, de fierté, de douleurs. De déceptions parfois, de fierté et de courage surtout.

On a tous vécu le marathon de Paris à notre manière. Le long de la ligne bleue, derrières nos écrans de télé ou sur notre fil Twitter. Parfois, les trois à la fois.

Hier soir, c’est avec la même intensité que j’ai vécu la nouvelle du marathon de Boston. Un premier tweet, puis un autre, puis un article dans le Huffington Post, une vidéo, l’horreur.

apres-les-attentats-de-Boston_scalewidth_630

Source photo : www.europe1.fr/

J’ai essayé de m’en détacher, de ne pas me sentir concernée, de penser égoïstement que ça se passait tellement loin … Mais ce matin, ça me rattrape.

Je ne vais pas faire de géopolitique ou tenter d’analyser le symbole derrière cet attentat. D’abord parce que je n’en ai pas les moyens intellectuels et que d’autres feront ça bien mieux que moi, ensuite parce que ce n’est pas l’objet de ce blog.

Mais, ce que je retiens, ce que je ressens finalement à la suite de ces événements, c’est que oui, les coureurs sont une communauté. Pas besoin d’avoir un blog, un compte Twitter ou un Dailymile pour en faire partie. Comprendre ces marathoniens à Boston, qui franchissent la ligne d’arrivée malgré les explosions  ou qui pensent à arrêter leurs chronos dans le chaos, suffit je crois, à réaliser qu’on est un groupe, aux liens ténus et parfois invisibles mais bien réels. Nous sommes une communauté parce que nous nous comprenons, parce que nous avons des références et un langage commun. Ce sont ces grands moments qui nous font le réaliser.

Nous sommes une communauté et je suis fière de me sentir y appartenir.

Le marathon de Boston, c'est aussi la 1ère fois qu'une femme, Kathrine Switzer, court cette distance, illégalement, en 1967.

Le marathon de Boston, c’est aussi la 1ère fois qu’une femme, Kathrine Switzer, court cette distance, illégalement, en 1967.

7 comments

  1. Un Gros choc pour la communauté. Comme toi je pense que cette soirée de Lundi à changer des choses pour moi. Je me rends compte que nous sommes une grande famille. J’aurai toujours une pensée au départ de mes run pour les victimes.

Leave a comment