Mission 1042 – épisode #1: back to basics

14 février 2014

Compétition : mais pourquoi se cherche-t-on toujours des excuses ?

14 février 2014

Complexe d’infériorité (kilométrique)

14 février 2014
empty image
empty image

scrubsDans la petite web-communauté de la course à pied, il est d’usage de partager régulièrement ses prouesses mais aussi ses entraînements. Pour ma part, je m’en tiens aux « prouesses », c’est déjà pas mal. En ce moment, les prépas au marathon de Paris vont bon train, avec les kilométrages qui vont avec. Alors parfois, dans un sursaut d’orgueil mal placé, je complexe un peu de faire en une semaine ce que certains font en un ou deux jours.

Petite joueuse

Oui parce que pour moi, une semaine de 30 Km, c’est déjà pas mal. Parce que même s’il y a 15, 20Km d’endurance fondamentale là-dedans, il y a surtout des séances exigeantes à côté. Que celui qui n’a jamais souffert sur 2 séries de 10X30/30 me jette la première pierre.

Le dimanche, tu fais les comptes, contente de ta semaine à 28 Km, et puis sur Twitter : « petite sortie longue matinale, 27Km, ça fait du bien ». Ok ok. Je vais donc garder mes illustres performances pour moi. C’est vrai, parfois, j’ai tendance à me dire « mais Manue, bouge toi le cul un peu là, regarde ce que font les autres, ça enchaîne les kilomètres, les perf, ça accélère, ça fractionne à tout va, avance ma petite ! ».

Oui, mais.

Il faut relativiser.

petit joueurDéjà, je ne prépare pas de marathon. Ni de semi-marathon. Faire 60 Km par semaine, ça ne servirait à rien pour moi, à part à me fatiguer pour les séances « qualitatives ».

Ensuite, ne pas oublier que chacun court à sa manière. Il en est pour qui la norme est de faire 50 Km par semaine au minimum. Je serais idiote d’essayer de les suivre. Parce que je ne suis pas physiologiquement foutue pareille, parce que je n’en ressens pas le besoin, parce que ce n’est pas ma façon de courir. Certains reprennent très vite après des marathons, je n’en suis pas capable, c’est comme ça. Respecter son corps, avec ses contraintes, c’est important je crois.

Et puis, ne pas oublier l’effet de « masse » crée par les réseaux sociaux : la sortie de machin + les frac de truc + la séance au seuil de bidule = impression que tooout le monde court toooout le temps. Ca m’avait déjà fait le coup après mon marathon, j’en suis sortie épuisée.

Quand j’ai acheté mes shoes dans un magasin spécialisé, j’ai dit au vendeur « grand maximum, je ferai 40 Km par semaine » … Il m’a répondu « mais c’est déjà beaucoup, 40 Km ». De la part d’un coureur de longue date ? Je prends.

Parfois, quand un non-coureur te demande « tu t’entraînes combien de fois par semaine ? »,  que tu lui réponds comme si de rien n’était « 3 à 4 fois » et qu’il te regarde avec des yeux qui disent à la fois son admiration et une pointe d’incompréhension … Dans ton for intérieur tu te dis « ouais, ok, tout est relatif ».

 —

Tout ça pour dire ? Se booster avec les autres, c’est souvent une bonne chose. Mais ne pas oublier ses propres objectifs et capacités. Oui à la motivation, non à la compétition stérile.

bref, je vais continuer mon petit bonhomme de chemin, avec mes petites séances qui font mal aux jambes et au cœur. C’est pas toujours facile parce que je sens bien que j’ai encore du travail pour récupérer mon niveau d’il y a deux mois mais … « Patience et régularité », avais-je répondu à Matthieu alors qu’il me demandait « deux mots à associer à la course à pied ».

PS (rien à voir) : j’ai crée une page « Programme 2014 » pour celles et ceux que ça intéresse 🙂

38 comments

  1. C’est tellement vrai tout ça… En étant sur Twitter tu as l’impression de n’être rien par rapport à d’autres et parfois je me force même à sortir parce que je culpabilise… Au final je suis ravie d’être sortie et ça m’a fait du bien mais la motivation n’est certainement pas la bonne !

    C’est bien d’avoir rédigé cet article, je vais le garder en favoris, just to remember 😉

    Merci !

    1. J’aurais tendance à penser que tant que tu prends du plaisir à faire tes sorties et que t’es pas toujours dans une espèce d’insatisfaction et/ou de course à « qui en fait le plus » … alors c’est bénéfique ! Tu prends le meilleur de ce qu’il y a à prendre de cette « communauté » ! Mais ouais, si un jour tu fatigues ou que tu as une passe un peu « down » (ce qui arrive à tout le monde), je crois qu’il faut parfois savoir faire abstraction et se recentrer sur soi, ses besoins et ses moyens.

  2. Il est 100% vrai ton article! Même je suis entre 30 et 50 bornes par semaine, tu en vois toujours qui courent plus, certains qui superposent des séances de muscu de piscine. …du coup même avec 4 sorties par semaines je me sens tout petit dans cette mêlée de mangeur de kilomètres!!!
    Grâce a ton article je me sens moins seul
    a bientôt

    1. Ahah you are not aloooone ! Nan mais ouais, faut parfois sortir un peu la tête de la bulle twitto-web-runnesque … Pour la plupart des gens, courir 4 fois par semaine c’est déjà énorme. Et puis y’a pas que la quantité qui compte, n’est-ce pas ?!

  3. C’est vrai que les réseaux sociaux accentuent cette impression que tout le monde court tout le temps et trop bien. Surtout parce qu’on suit plusieurs personnes et que les messages de ce genre s’alternent.
    Des fois ça me fait complexer parce que j’ai du mal à atteindre les 7 Km, que je prépare un 10 pour dans 40 jours et que je vois des gens qui courent 12 Km en mode « sortie tranquille j’ai pas forcé ».

    Mais après je relativise en me rappelant leur physionomie et en connaissant depuis quand ces personnes courent. Et puis comme tu dis, souvent les coureurs de longues dates ont pas de problème avec quelqu’un qui courent moins de kilomètres. On passe tous par la case départ.

    Alors tous ces messages de « j’ai fait 15 Km dimanche matin avant d’aller manger un brunch bio », je pense qu’il faut se dire « moi aussi je ferai ça ! ».

    1. Clairement, je ne pense pas qu’il y ait de jugement vis à vis des gens qui courent moins ou moins vite. Quand je lis des blogs de gens trop contents d’atteindre l’heure de course ou un certain chrono, ben je suis super contente pour eux aussi. Parce que ouais, c’est une victoire personnelle. Et c’est, pour la plupart, ce après quoi on court … Avouons-le, rares sont ceux qui peuvent truster les podiums !
      J’ai hâte que tu twittes « ce matin, sortie tranquille de 12 Km » … ça arrivera plus vite que tu ne le crois 😉 !

  4. C’est exactement ça ! Mais on est forcément tous moins bon qu’un autre, par exemple quand je vois tes temps sur 10km je me sens minable mais après tout tant pis on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a! Et puis un jour peut-être…
    En tout cas c’est rassurant de voir qu’on est tous dans le même état d’esprit, merci pour cet article qui met ce genre de chose en avant 😀

    1. Ahah, il faut pas se sentir minable ! Parce que comme tu dis … « un jour peut-être ». Tu sais qu’avant mon premier 10 Km en compétition j’ai ga-lé-ré comme c’est pas permis pour faire, à l’entraînement, 10 Km en 1H ?! C’était y’a pas si longtemps en fait …
      J’veux dire, personne n’a les mêmes capacités mais rien ne dit que tu en as moins que moi. C’est juste que j’essaie de les exploiter depuis un peu plus longtemps !

  5. Lire le compte rendu des sorties des autres ça doit juste servir à se motiver pas à se miner le moral…perso je ne cours vraiment pas vite comparé à beaucoup mais je m’en moque et seul le plaisir compte, je progresse à mon rythme et ça me va bien, j’arrive pas la dernière dans les compèts’ il y en a toujours 20 derrière moi, ça me va bien aussi…
    laisse courir (c’est le cas de le dire lol), les complexes c’est pas bon pour le teint ;o))

    1. Oh je ne dirais pas que ça me mine le moral … Mais quand tu finis ta semaine et que dans la foulée, y’a 100 tweets qui disent « j’ai couru X kilomètres », le X équivalant à ton kilométrage hebdomadaire … Bon, t’as tendance à penser « mais je glande ou quoi ? » … En fait non, juste je prépare du court ^^.
      j’ai du mal à me motiver uniquement en regardant ce que font les autres … J’avoue qu’il y a toujours un moment où ça dérive un peu à la comparaison et/ou un semblant de compétition inavoué. C’est d’ailleurs pour ça que je ne partage pas mes séances. Après, tu as totalement raison, l’essentiel est le plaisir et la progression perso !

  6. Comme je te comprends au début j’osais pas poster mes 5 ou 6 km (maintenant je suis contente mon appli le fait pour moi :p) quand je vois que ma sortie longue correspond à l’échauffement à cloche pied et à reculons de certains ça me fait peur/rire/pleurer…. (au choix)

    1. Hé ben Mary, assumons ensemble nos sorties de 6 Km ! Clairement, chacun son rythme et son endurance. J’essaie au maximum de faire abstraction mais parfois c’est pas évident. Par contre, tu vas bientôt y venir aux sorties looongues longues hein ?! Marathon cette année si je ne m’abuse ?!

  7. bah voilà tu as la bonne réponse à ton « problème »; « tu prépares du court » et en effet c’est pas la peine d’aller se fatiguer à courir des heures et des heures dans ce cas là car ce serait contre-productif à mon avis…la compétition c’est la compétition et ça commence sur la ligne de départ le reste du temps c’est juste du partage entre runners, rien de plus…puis je crois bien que tu n’as pas du tout de complexe à avoir, perso j’ai couru 2h36′ aujourd’hui mais avant de faire un sub 45 sur un 10km il va se passer des lustres alors…

  8. Ralala, tu as bien raison. Je ne suis pas une grande fan des réseaux sociaux, notamment pour ça : ça me complexe/je me sens nulle/je jalouse. C’est nul. Ca ne sert à rien, si ce n’est me descendre moi-même comme une grande. Et, en même temps, les réseaux sociaux, ça permet plein de choses : découvrir d’autres personnes qui ont les mêmes intérêts, s’inspirer, apprendre plein de choses.
    Quoiqu’il en soit, il faut toujours essayer de garder à l’esprit qu’on court pour soi, et non pas pour pouvoir faire comme les autres.

    BTW, j’aime bien ta nouvelle page. Je compte m’en faire une aussi depuis bien longtemps (peut-être, un jour, who knows) car j’avais vu ça sur d’autres blogs. Je trouve que c’est sympa. J’aime bien savoir les courses et objectifs.

    1. Oui, parfois j’ai envie de partir des réseaux sociaux parce que ça finit par m’agacer un peu mais en même temps … Y’a eu de jolies rencontres par ce biais donc je me contente de lever le pied un peu et ça passe ! Disons qu’il faut remettre tous ces outils à leur place de temps en temps.
      Cool pour la nouvelle page, ça m’aide aussi à structurer un peu mon année (oui, j’aime bien écrire les choses pour clarifier dans ma tête) ! Je serais curieuse d’en voir une chez toi ! Promis, je serais pas jalouse (en plus c’est vrai, je suis juste … Admirative et dans ton cas, ça me booste. J’crois que ça dépend aussi du comportement des gens, de comment ils amènent le truc).

    1. Hé oui, ça fait du bien de se le rappeler parfois ! Mais parfois, y’a le p’tit côté « compèt' » qui vient s’immiscer et qui n’apporte pas toujours que du bon. Donc, on recentre : plaisir et progression perso, c’est le principal !

  9. Ce billet mériterait d’être affiché avant chaque post sur garmin-connect, strava ou autre movescount ! Et pourtant je ne partage pas toujours ton point de vue sur le running en général, mais là je dois dire que ton analyse fait mouche.
    Je pense qu’avec ces quelques lignes bien foutues, tu viens de déculpabiliser au moins 90% de tes lecteurs … les autres sont encore en train d’avaler les kilomètres … tant pis pour eux 😉

    1. Rah mais viens me diiiire quand tu partages pas, j’aime bien quand on est pas d’accord avec moi ! Je crois que je t’ai jamais dit mais tes posts me font beaucoup marrer. J’aime bien ton sens de l’auto-dérision.
      Pour revenir à la culpabilité … C’est le revers du réseautage ouais. J’essaie de plus en plus de ne pas prêter d’attention à ce que font les autres mais c’est pas toujours évident…. Surtout que c’est un peu la raison d’être de ces outils. Par contre, je les trouve utiles quand un autre coureur te fait une remarque constructive sur ta manière de t’entraîner. (Bon, et puis un petit encouragement de temps en temps, ça fait pas de mal à l’égo). A utiliser avec parcimonie donc 🙂

  10. Ah manue! Déjà ton article sur le fitness qui pointait du doigt certains comportements qu’on retrouve en masse sur les réseaux sociaux, j’avais adhéré (et je crois que je te l’avais pas dit d’ailleurs). Mais là encore un peu plus.
    J’ai parfois l’impression que certains ont plus besoin de dire qu’ils courent que de juste courir. Alors qu’effectivement, faut remettre les choses dans leur contexte: je courais plus quand j’étais au chômage, depuis j’ai du réduire mes sorties (et je m’en plaindrai pas, le choix est vite fait). Je les avais rallongé pour préparer le Sancy, je les ai réduites à nouveau depuis. Bref, ça dépend de soi et de ce qu’on prépare, etc. Donc je te rejoins complètement.
    Le fait de partager ses séances, oui, si ça a un intérêt, donc si la personne ne se braque pas quand on lui fait remarquer qu’elle se plaint de ne pas progresser mais qu’elle fait systématiquement la même séance chaque fois. Par exemple.

    Et tout comme tu le disais en réponse à un commentaire, j’ai souvent moi aussi envie de foutre le camp de twitter. Les geignards, les photos du millième thé/café de la journée, les montages nike+ et les classements (qu’on voit moins ceci dit, ils se sont lassés) de la même marque, les achats bi-hebdomadaires des gens qui se plaignent de pas avoir de thunes… Bref. Mais comme toi, y a aussi eu de belles rencontres, et ça permet de garder le contact avec ceux qu’on apprécie vraiment, même sans bloguer tous les deux jours. Donc je garde.

    Les comportements déviants des réseaux sociaux, je crois qu’on pourrait écrire un bouquin dessus.

    1. Ouais on est bien sur la même longueur d’onde à ce sujet ! Bon après, voilà, je me dis « chacun fait ce qu’il/elle veut ». Clairement, ça peut avoir un intérêt pour avoir un retour sur sa façon de s’entraîner ou, à la rigueur, être rassuré(e) sur sa façon de faire ou à la limite, se faire congratuler par ses pairs pour une belle sortie… Mais franchement, je trouve que ça dépend vraiment de comment c’est partagé, comment c’est amené. Comme tu dis, quelqu’un qui se plaint, que tu essaies de conseiller et qui ne veut rien remettre en question … T’as envie de lui dire « pourquoi » ?! Après, y’a des gens qui partagent beaucoup de leurs sorties et qui ne m’agacent pas du tout. Je sais pas trop pourquoi ^^. On est peut-être juste des grosses râleuses ?!

  11. Coucou,
    ton post, comme d’hab, a l’art de remettre les choses dans le bon ordre. En courant, on fait tous la même chose. A son rythme.
    C’est bien le tweet ? Ca a l’air bizarre ce truc, non ?
    T’as bô temps ?
    Boujoux

    1. Oui c’est bien Twitter mais comme tout, avec parcimonie. J’y ai passé un peu trop de temps à un moment et ça finit par être un peu fatiguant. Mais ça permet aussi de faire de jolies rencontres donc j’aime bien quand même 🙂
      Sinon je crois qu’il fait bien plus beau chez nous que chez vous, pas d’inondation ici ! Il fait quand même souvent soleil même si il pleut un peu presque tous les jours … Histoire de te rappeler de pas t’emballer ^^ !

  12. Je suis tout à fait d’accord! Donc en fait il ne se moquait pas de moi le monsieur quand j’ai dit que je voulais faire 2/3 séances par semaine? Cool…

    Se motiver oui, se comparer en négatif, non!

    1. Ah mais je suis CERTAINE qu’il ne se moquait pas ! Déjà, c’est un très bon rythme et ensuite, chacun ses possibilités et (surtout) son emploi du temps. Et puis vaut mieux courir 2/3 fois par semaine quitte à augmenter progressivement le volume d’entraînement si besoin (et si envie, surtout !) que de se lancer à corps perdu dans des sorties énormes et de se faire mal.

  13. Oui, et re-oui. La culpabilité et lui fait la peau et on l’accroche par les pieds sur la place du village! Non mais oh ! M’en fou de sortir pour « juste » 6 km. M’en fou de trouver trop bien d’avoir tenu 14km dimanche, parce que c’est mon exploit. M’en fou de pas faire bien plus que 20km hebdo. M’en fou de pas rêver d’un marathon.
    On s’en fou ensemble?

    1. Ouaaaais on s’en fous ensemble, grave ! C’est clair que les exploits des uns sont la routine des autres et vice versa. (Tes 14 Km sont un sacré exploit pour moi, non seulement parce que ça fait bieeeen longtemps que j’ai pas fait autant de kilomètres … Et surtout, jamais aussi vite ^^ !)

  14. Je trouve que c’est plus confortable de ne pas trop se soucier des entraînements des autres. Ça m’irrite beaucoup quand j’ai des commentaires de personnes qui estiment que je cours beaucoup, comme si c’était incroyablement bien ou délirant. On est tous différents et on sait plus ou moins de quoi on a besoin (pour des raisons diverses en plus). C’est ni bon ni mauvais.

    Du coup, je ne partage quasiment plus mes entraînements sauf si c’était une occasion particulière ou si c’était avec des personnes avec qui j’ai apprécié de courir.
    Depuis, j’ai reçu un mail d’une connaissance qui me demandait si je m’étais re-blessé 😉

    ALors cours comme tu le sens, fais du quali si ça te branche, de la quantité si tu sens que t’as besoin d’énormément de fond et ne bloque pas sur les entraînements des autres. Sur les réseaux sociaux on devrait pouvoir muter ça.

    1. Clairement, on devrait pouvoir mettre un filtre là-dessus ! C’est difficile parfois de ne pas se comparer avec les autres. Et aussi de ne pas juger la manière de faire des autres. J’essaie au max d’être empathique, de me souvenir que la manière dont je vois/vis les choses n’est … Qu’une manière parmi tant d’autres mais c’est pas toujours facile.
      Aussi, je suis vraiment mal à l’aise dans la compétition avec d’autres gens mais parfois, j’ai l’impression qu’on me l’impose. Bref …

  15. Rah la Manue d’aujourd’hui n’est plus la même que la Manue des premiers km.
    Aurai-t-elle pris de la bouteille ? Je sais pas, mais en tout cas elle à du km au compteur ça c’est sur ! Et surtout, un esprit compétitif qui grandi de jour en jour 😉

    Mais en course à pied, (du moins à notre niveau) ton concurrent, c’est pas le mec, ou la nana qui cours à coté de toi avec le dossard 123, mais plutôt toi même. Donc continue à ton rythme et les perf viendront, ce que tu as toujours fait 😉

    A bientôt
    Matt

    1. Je sais pas si mon esprit compétitif grandit, disons que peut-être qu’il se dévoile petit à petit. J’ai un rapport à la compétition assez particulier que je ne comprends pas encore. Je déteste vraiment me sentir en compétition avec d’autres personnes pourtant j’aime vraiment progresser, regarder les classements, etc. Donc, j’ai encore des choses à comprendre.
      Après, ce post était plutôt … Disons, un trait d’humeur. Parce que beaucoup (trop ?) de partages de kilomètres sur les réseaux sociaux et l’impression parfois d’arriver à une « norme » de kilométrage élevé. Je voulais juste dire « si tu non plus tu ne cours pas 60 Km par semaine, ne culpabilise pas, c’est pas anormal » !
      Bref … 🙂

Leave a comment