Les Courants de la Liberté : LE festival de courses en Basse-Normandie

19 mai 2013

Ce qui fait courir les filles …

19 mai 2013

La saga marathon – Episode 4 : le tendon vous dis-je !

19 mai 2013
empty image
empty image

banniere marathon #4

Voilà, j’ai atteint et dépassé la moitié de mon plan d’entraînement. Plus que 4 petites semaines … Dont 2 relativement light. Autant dire que le gros du boulot est quasiment fait. Pour ce 4ème épisode, j’ai fait mon plus gros kilométrage hebdomadaire … Et aussi le plus petit. Parce que savoir récupérer et assimiler fait partie de l’entraînementLa tête commence à bien mouliner, je réfléchis, je pense, je rêve … Bref, je réalise que ouais, dans moins d’un mois, j’y serai. J’ai hâte.

Résumé des épisodes précédents

Mon état général à J-28

Forme4

Je ne suis pas en forme olympique. Le moral n’est plus vraiment au beau fixe (j’suis pas non plus en dépression hein, rassurez-vous), le doute s’immisce un peu et mon corps commence à me dire « bon, tu me saoules un peu là, à courir tout le temps ! »

La malade imaginaire ?

Le dimanche de la semaine 5, après un samedi soir bien arrosé et une nuit hyper courte, je m’obstine à faire malgré tout ma sortie longue (je la case où, sinon ?). 1h55, 19 km. Sans jambes, sans énergie, sans rien … sauf un bon mal de crâne. Passé 55 min de course, je suis déjà pas trop à mon aise. Après 1h30, voilà que je travaille carrément le mental. Bref, dur. Je ne m’en fais toutefois pas trop … Les excès de la veille y sont largement pour quelque chose.

Du coup, bonne résolution : à partir de lundi suivant, j’arrête les conneries, je me couche plus tôt, je bois de l’eau et je mange mieux.

MentalSauf que, le surlendemain, je “sens” mon tendon d’Achille droit. Donc, j’ai bien dit je le “SENS” ! Il ne me fait pas VRAIMENT mal. Mais du coup, j’y pense tellement que je finis par le sentir de plus en plus et je m’inquiète d’une éventuelle blessure. Pour autant, plus la journée avance et plus je suis quasiment persuadée que je me fais un peu des films. Tu sais, comme quand tu parles de puces/poux/tiques et que, tout d’un coup, ça te gratte. Ben là c’est pareil.

Prudente, je lève un peu le pied en supprimant la séance optionnelle. Aujourd’hui, après une sortie semi-longue (1h25) sur terrain souple (c’est peu dire !) et en chaussures de trail, pas de douleur. A froid non plus. A voir donc, si c’est essentiellement psychologique ou si c’est en partie à cause de mes chaussures ! J’espère simplement que ce n’est pas un début de tendinite …

 

L’obsession est en marche

Je commence à rêver marathon. Souvent.

  • D’abord, j’ai rêvé que je franchissais la ligne d’arrivée. Sauf que j’étais quand même un peu déçue parce que j’avais pas pleuré (ahah).

⇒ Interprétation de comptoir : sans doute que j’idéalise complètement ce moment et j’avoue que j’imagine une certaine émotion. Je l’envie même. Sauf que force est de constater : tout le monde n’est pas ému à la fin de son marathon. Y’en a qui ont mal. Et c’est tout. Donc, je ferais mieux de ne pas ATTENDRE une certaine émotion. Juste la vivre, ce sera bien.

  • Puis j’ai rêvé du mur … Mais que c’était juste les autres qui souffraient (que des filles d’ailleurs). Elles erraient, hagardes et manifestement mal en point tandis que  moi, j’étais IMPECCABLE et j’accélérais sans problème au 35ème kilomètre. Je me battais contre une autre nana en pensant quand même “attention, peut-être vas-tu prendre le mur à un moment ou un autre”.

⇒ Interprétation réaliste : ça fait jamais de mal de rêver HEIN !

Sinon, je pense que c’est le moment où je vais devenir un peu reloue avec ma course (comment ça, “je l’étais déjà ?”), voire imbuvable. Pensée émue à mon cher et tendre, qui m’écoute déblatérer des heures sur le marathon et ses conséquences….

 

Parcours, allure, gestion de course : on commence à gamberger

Grâce à Jo’Run, je suis entrée en contact avec Cyril, qui sera meneur d’allure en 4H sur la course. Faut savoir qu’il n’y a plus de meneur après ce chrono. Donc je vais me débrouiller toute seule comme une grande. Ma Garmin sera ma seule alliée.

Ayant déjà couru ce marathon, il m’a un peu faite rêver : le parcours est bel et bien très agréable MAIS pas évident. Surtout, après le 30ème, quelques faux-plats devront être anticipés. Il m’a aussi donné de nombreux conseils et je le remercie encore une fois !

Pour choisir “définitivement” mon allure de départ, j’attends mes deux dernières sorties de 2H et plus. Ce sera sans doute autour des 10km/h…

Bref, deux semaines en demi-teintes ! Le bon point : la ténacité. Lendemain de soirée ? Pluie ? Rien ne m’arrête. Sauf la douleur. Parce que je ne veux vraiment, mais alors VRAIMENT pas me blesser.

Allez, merci de me lire et bon dimanche !

Les séances en détail

plan marathon sem 5-6

14 comments

  1. Hey ! 😉 Effectivement, attention à la blessure à J-28. En ce qui concerne ta douleur, tu as eu une très bonne idée avec la paire de trail sur sol plus souple. Aïe.. les faux-plats à partir du 30ème.. Conserve toujours ton allure sur ta Garmin même si les sensations sont aux rendez-vous et SURTOUT, pas d’accélération avant le 30ème. Le jour de ton marathon, tu devras être amoureuse de ta Garmin ! 😉 Et si tu as des doutes > Cyril. V 😉

    1. Oui, je prévois d’être vraiment prudente … Mais bon, j’imagine que tu te laisses facilement gagner par l’euphorie. Je vais être sage 🙂 ! Cyril m’a super bien briefée, je lui ferai un p’tit coucou au départ !!

  2. Impressionnant ce carnet de bord ! Déjà, rien que pour çà, bravo 🙂

    PS: les tendons, moi aussi, çà m’a toujours fait beaucoup gamberger (et çà n’a jamais trop fait bon ménage avec l’alcool…)

    1. Hé bé, de la part d’un gars capable de croiser moult données sur X années et d’en tirer des conclusions scientifiques, je suis flattée 😉 !
      Et rassurée de ne pas être la seule à flipper question tendons. J’ai bien compris qu’ils préféraient la Vittel au vin rouge … Les relous.

  3. Ah la blessure imaginaire, mon running man a toujours ce passage, juste avant la période de doute et puis en fait, il cartonne (à son niveau, mais il cartonne!).
    Avec une prépa pareille, tu seras marathonienne, c’est sûr!

  4. Toujours un plaisir de te lire 😉

    Belle prépa, tu t’y tien malgré les soirées et les intempéries. Pas de doute tu le finira à l’aise.

    Laurie qui a pris le depart de la route du Louvre avec nous à fait une bonne prépa et à réalisé un super marathon (4h36). Je sais pas si tu la suit sur twiter, mais hésite pas si tu veut des conseils, je penses qu’elle t’aidera volontier

    Matt

    1. Merci Matt ! Oui, je suis Laurie et j’ai d’ailleurs été très impressionnée par sa prépa. Je pense qu’elle était plus poussée que la mienne (notamment une grosse grosse sortie longue si je me souviens bien). J’espère atteindre la même réussite 🙂

  5. Quel mental ! Bravo pour le suivi de ce gros plan marathon car au-delà de la fatigue physique qu’il induit, ton mental est toujours là même s’il est un peu émoussé. 🙂 Mes prévisions, tu seras marathonienne dans un mois. 😉

    1. Merci pour les encouragements ! J’aime à penser que le mental est aussi émoussé par les conditions climatiques plutôt anormales pour la saison … J’espère que tes prévisions seront justes 😉

  6. le mental ya que ça de vrai euhhh sans oublier les jambes aussi 😉
    cette prépa est au top donc le mois qui reste va être là pour te mettre davantage en confiance
    tu es une winneuse et tu seras une super finisher avec ou sans émotion 😉

    1. Si y’a le mental, les jambes suivent mais l’inverse n’est pas vrai ! Je suis bien reboostée pour finir cette prépa, je croise les doigts pour ne pas me faire mal (et je fais le nécessaire aussi, j’espère que ça va payer) ! Merci pour tes encouragements 😀

  7. On approche on approche ! N’hésites pas à glacer les tendons si tu les sens un peu en fin de séance, c’est magique.
    Bonne fin de prépa !

Leave a comment