Marathon de la Liberté 2013 : mon équipement

16 juin 2013

We can be heroes …

16 juin 2013

La saga marathon – Episode 6 : D-Day (ou presque).

16 juin 2013
empty image
empty image

banniere marathon #6

Au moment où tu lis ces lignes cher lecteur, je suis probablement en train de courir ce fameux marathon avec lequel je te bassine depuis 10 semaines.

Pour cet ultime épisode, je voulais poster samedi soir. Genre, veille de match. Dans cette optique, j’aurais pu m’étendre pendant des pages et des pages sur mes questionnements, mes doutes, ma hâte, mon hystérie peut-être. J’aurais pu te faire la psychothérapie pré-marathon, te saouler des heures sur mon état d’esprit. Ça aurait été vraiment chouette.

Sauf que. Y’a pas le Wifi dans mon gîte au fin fond du Calvados (ouais, je vous entends déjà les Parisiens “ohoh, vous avez pas Internet dans vot’ campagne” et gnagnagna). Donc, au lieu de ça, je vous fais un post un peu bâtard 2 jours avant le D-Day.

Résumé des épisodes précédents

Mon état général à J-2

Forme6

I’m not alooone !

Vous l’avez sûrement lu sur leurs blogs respectifs, je ne serai pas la seule de la “blogosphère” à courir aux Courants de la Liberté. Carole, Stéphanie et Mary seront là pour un voyage de presse (grosse grosse classe !) pour New Balance. Elles seront sûrement parties quand j’arriverai (sauf si je finis en 3h, mais j’ai de sérieux doutes ohoh), mais avoir un petit bout du blog avec moi à Caen me fait chaud au cœur.

Non parce que je dois vous le dire [ATTENTION, instant Céline Dion à Las-Vegas] : MERCI à tous et à toutes de m’avoir suivie, conseillée, aidée, poussée, encouragée, supportée (dans tous les sens du terme) pendant ces 10 semaines de préparation. Je ne sais pas encore quelle sera l’issue de la course, mais quoi qu’il en soit, ça valait déjà le coup de la préparer.

Celine DIon Vegas

Mes deux dernières semaines d’entraînement

“Entraînement”, c’est un bien grand mot. Là, il s’agissait simplement de se reposer. Dans le jargon, on dit “faire du jus”. Alors j’ai couru, mais beaucoup, beaucoup moins. Pas plus d’une heure et rien de violent.

J’ai été un peu inquiétée par deux, trois séances où ma fréquence cardiaque a fait des bonds tandis que mon allure était mega basse. Chaleur, fatigue, tête qui gamberge trop ? Sans doute un peu de tout ça. Du coup, j’ai décidé de courir sans cardio dimanche. Pas la peine de m’ajouter le stress d’avoir le coeur trop haut à celui de la course. On va se le faire à la sensation (avec un oeil sur le chrono quand même BIEN SÛR).

État d’esprit

spiritL’excitation, l’envie d’en découdre, la hâte de savoir si oui ou non, je vais venir à bout de ma course … Voilà ce qui m’habite là maintenant. J’oscille entre scénarios catastrophe et optimisme. Et puis, j’essaie de ne pas trop fouiller sur le net, parce que tu trouves toujours plein de gens qui pensent que ta manière de faire n’est pas la bonne. Du coup tu psychotes, tu te persuades que tu vas te viander lamentablement et tu ne pars pas avec le bon “spirit”. Florilège :

  • Meeeerde j’ai pas fait d’entraînement a jeun
  • P*****, j’ai jamais couru 3h d’affilée
  • Mon dieu, je n’ai pas badigeonné mes pieds de crème Nok tous les jours depuis 6 mois
  • Ma vie est foutue, j’ai bu un verre de vin à J -19

Un peu comme quand t’as une bête petite douleur et que tu te retrouves malgré toi à éplucher les 73 pages d’un forum Doctissimo, lesquelles te persuadent que tu couves un mal incurable.

BREF.

Comme dirait Michel Drucker : Vivement dimanche !

10 comments

  1. Très bien, je joue à 4:13, petite baisse de régime après 3h de course et accélération au mental à trois kilomètres de l’arrivée.

    J’ai hâte de tout savoir de ta course!

  2. J’espère que ton marathon s’est bien passé et j’ai très hâte de lire ton résumé ! Et que tu as fais le temps que tu voulais bien sûr ..
    Je parie sur 4:10′

Leave a comment