Demain, je cours !

12 mars 2013

Marathon de la Liberté – 16 juin 2013

12 mars 2013

[Objectif 2013 n°1] Améliorer mon temps sur 10 km : done !

12 mars 2013
empty image
empty image
Le parcours : roulant mais pas particulièrement joli.

Le parcours : roulant mais pas particulièrement joli.

Aaaah je me suis fait mal.

J’ai soufflé, souffert, donné tout ce que j’avais, atteint mes limites. Là, je peux pas dire « bof, j’aurais pu faire mieux ». Non. Là, ce jour là, avec cet alignement astral et dans cet état de forme, j’ai fait mon max. Et tant mieux !

La course

Donc, c’était mon 4ème 10km en compétition. C’était dimanche dernier, à l’occasion d’une course assez importante dans ma région puisqu’elle offrait la possibilité de se qualifier aux Frances. Parcours très roulant, parfait pour faire des chronos. D’ailleurs, je m’y suis inscrite sur les bons conseils d’un pote, après avoir couru sur un autre 10 km plein de faux plats qui cassent bien les jambes.

Il y avait un 10 km et un semi-marathon. Nous étions plus de 600 au départ du 10 km, encore un peu plus au départ du semi.

En me réveillant le matin, j’eu l’agréable surprise d’un temps des plus cléments. Non, je rigole : trombes d’eau, froid polaire (j’exagère à peine). C’est donc avec un enthousiasme plutôt mesuré que je me prépare. Je ne sais pas pourquoi, je mets quand même un short. Sans doute parce que j’aime bien courir en short. Heureusement, en arrivant sur place, il ne fait pas plus chaud mais il ne pleut plus.

Mon état de forme

La veille, pour je ne sais quelle raison, j’avais une bonne vieille nausée. Barbouillée, toute faiblarde, ça n’augurait rien de bon. Mais le matin, ça avait à peu près passé. Ouf.

Concernant ma prépa … Je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’avais mixé un plan d’entraînement by Kalenji avec des séances en intérieur complètement au feeling. Ça donnait :

  • 2 séances/semaine en salle de sport sur tapis de course, 30 min (organisation personnelle oblige). J’y faisais essentiellement de la vitesse.
  • 2 séances/semaine plus longues, le week-end, sur la base d’un plan tout fait mais en ne suivant pas les semaines comme prévu.

Ma crainte, c’était de ne pas tenir la vitesse sur la distance et de manquer d’endurance, donc.

Sur le départ

Après un échauffement assez court (10 min) et quelques gammes et accélérations, je me cale pour le départ. C’est un peu long, on nous fait reculer, sans doute pour placer les élites. D’ailleurs, sérieusement, pourquoi les gens se mettent si près de la ligne de départ alors qu’ils savent qu’ils ne sont pas des champions ? Je comprends pas. Ça ne sert strictement à rien. On est pas des killers de chronos, on fait ça pour le plaisir, alors pourquoi emmerder les pros ? Bref, pas grave.

Allez, c’est parti !

Je fais mon 1er kilomètre bieeen trop vite, bien trop vite. Je suis 20 secondes sous mon objectif. Ceci dit, c’était plutôt grisant et ça m’a laissé une bonne marge.

Au 3ème kilomètre, je sens déjà que ça va pas être une partie de plaisir. C’est sans doute con hein, mais j’ai l’impression de sentir les acides lactiques me chatouiller les mollets. J’accroche une nana pendant quelques kilomètres puis je finis par la doubler pour rester dans mon rythme.

À chaque kilomètre, je ralentis toujours un peu plus mais reste sous la barre des 5 min au kil. Au 8ème, je suis à 5min03 mais je ne m’inquiète pas trop : ça fait mal mais ça va passer, j’y suis presque ! Je franchis le 9ème à la même allure.

Pour la fin, je suis avec une autre fille, qui me semblait fraîche. Elle me demande :

« – Tu sais combien il nous reste à faire ?

– Ouais, 600m

– 100m ?

– Non, 600m !

– Ah ? Merde. »

Bon, elle n’était pas si fraîche que ça. Ça me rassure presque, parce que moi je suis à bout.

Dans l’avant dernier virage, mon copain est là pour m’encourager. « Allez, c’est fini, tu donnes tout. Après le virage tu accélères » qu’il me dit. Il est gentil lui ! Je lui réponds « non, non, je peux plus là ». Sauf que je suis tellement têtue que malgré le peu de ressources dont je dispose, je donne un dernier petit coup d’accélérateur. Bon. Sauf que j’ai pas trop jaugé le truc, je lance l’accélération à 400m de l’arrivée. Et dans ces moment là, c’est long, 400m.

Je sème donc ma copine (enfin, semer est un bien grand mot) et arrive ENFIN.

Temps officiel : 49’04

Temps à ma montre : 48’41

Classement scratch : 322/633

Classement catégorie : 13/63

On me donne une jolie rose (que pour les filles) et une médaille. Je cherche mon copain, oublie de donner ma puce et … Savoure mon temps, parce que ça y est, MOINS DE 50MIN !! Vraiment contente !!

Temps de passage

8 comments

    1. Merci, c’est très gentil ! Mais je n’étais pas à mon coup d’essai hein, je suis qu’une semi-débutante … Disons que je m’y mets sérieusement après deux ans d’alternance 2 mois d’entraînement / 3 mois à rien faire ! Donc je ne pense pas avoir d’aptitude particulière … Je suis surtout têtue :p

Comments are closed.