J’ai cassé ma Garmin

9 janvier 2015

L’ultime brassière de course à pied (même pas chère)

9 janvier 2015

Pensons à penser

9 janvier 2015
Shock Absorber

charlie cherche sa prochaine une

Je n’ai pas « dit » grand-chose sur le drame qui s’est joué le 7 janvier à la rédaction de Charlie Hebdo. Je me suis contentée de partager laconiquement des articles, des mots, des témoignages et des émotions.

Je crois que quand on ne sait pas quoi dire, le silence est le plus bel hommage que l’on puisse rendre.

Je ne lisais pas Charlie mais je connaissais évidemment les dessins, les traits, l’humour grinçant. J’ai été abonnée à Mon Quotidien quand j’étais petite et ce n’est qu’hier que j’ai appris que Charb était le papa de « Quotillon », la mascotte du journal.

quotillon

J’écoutais aussi avec beaucoup d’intérêt la voix de Bernard Maris sur France Inter sans savoir qu’il travaillait aussi pour Charlie. Enfin et même si je ne suis pas quelqu’un d’engagé, je me sens instinctivement proche des idéaux que défendaient les victimes de l’attentat.

Mercredi soir, en marchant dans Rouen avec ces milliers d’autres personnes, je me suis demandé « comment ce ralliement est-il encore possible ? Pourquoi, si le monde est aussi « pourri » qu’on le dit, des dizaines de milliers d’anonymes sont encore capables d’élans de solidarité, d’unité et de fraternité à l’occasion d’une tragédie qui, pour l’immense majorité des gens, ne changera pas concrètement leur quotidien ? ».

Je crois que la réponse est que tout ça nous remue au plus profond de nos entrailles, parce qu’au fond de nos âmes individualistes et égocentriques sommeillent encore des valeurs collectives, celles-là mêmes qui ont été bafouées mercredi. En première ligne : la Liberté, attaquée à bout portant. Je trouve que tout ça est plutôt porteur d’espoir. Nous sommes encore capables de nous rassembler autour d’une même émotion et autour d’une certaine idée de la Liberté.

J’aimerais vraiment croire qu’une graine d’humanité germera au milieu de ce champ de mines. Que nous ne tomberons pas dans les amalgames, les récupérations, la haine, la violence, la vengeance. J’aimerais que les français, quelle que soit leur confession, soient intelligents et qu’ils n’aient pas peur. J’aimerais, surtout, qu’ils ne se trompent pas d’ennemi.

Alors, après l’émotion, pensons à penser !

« Le moyen de domination des humains c’est l’insécurité. C’est de dire : tu ne sais pas de quoi sera fait demain… non pas demain, mais même l’heure suivante. Et c’est vrai que ce monde est un monde d’insécurité extraordinaire, et que l’insécurité est un moyen de maintenir les gens sous la botte. Et les gens peureux sont des gens faibles, hélàs ». Bernard Maris

 

recuperation

 

 

amalgame

2 comments

  1. Bel article.
    Je pense, pour ma part, que je vais couper la télé, du moins zapper les chaînes d’info, j’ai besoin d’air ! Demain j’ai un trail, et cela tombe très bien. Cela ne m’empêchera pas bien sûr de participer à la marche dans l’après-midi. Mais reprenons nos vies d’avant ce 7 janvier, c’est la meilleure réponse.

Leave a comment