Déculpabilisons, merde !

17 juillet 2013

Dé-ca-lés : deux blogs running à lire

17 juillet 2013

Quand ça veut pas …

17 juillet 2013
empty image
empty image

gaston-lagaffe-fatigue« Y’a des jours comme ça », il paraît. Sauf que les jours se transforment en semaines pour moi. Fréquence cardiaque à la dérive, douleurs musculaires constantes et allure de tortue, j’adore. J’veux bien qu’il fasse chaud mais y’a des limites.

Passer l’éponge

Hier, j’avais des 200 m à faire. Un truc de bourrin, le genre qui donne envie de vomir.

Je suis pas vraiment du style à laisser tomber dès que c’est trop dur. Mais là, mon corps et ma tête ont dit stop. J’en ai fait 4, péniblement, puis j’ai commencé à arrêter mon chrono pour récupérer. J’ai bouclé la première série sans atteindre la vitesse demandée. Et puis j’ai laissé tomber. Ça servait à rien, ça marchait pas. Je suis rentrée chez moi en trottinant, laissant ma montre à ses « bips » réguliers et désespérants.

What happen ?

Ces derniers temps de toute façon, j’ai l’impression de régresser. Déjà, quelques semaines avant le marathon, je m’inquiétais de ma fréquence cardiaque qui était bien plus haute que d’habitude. Pour te donner une idée : mon cœur bat aujourd’hui plus vite à 9km/h qu’il ne le faisait à plus de 10km/h auparavant.
Dimanche, sortie « longue » sur le chemin des douaniers dans la Manche. Ok, le parcours est assez technique et bosselé, ok j’avais un peu abusé la veille (et l’avant-veille), ok il faisait chaud … Mais j’avais le cœur à fond dès les 10 premières minutes ! On s’arrêtait tout le temps, on avançait pas…. L’impression d’avoir commencé la course à pied depuis deux semaines. Heureusement que les paysages étaient magnifiques parce que sinon… La corvée quoi.

Ma Normandie natale.

Ma Normandie natale.

Je lève le pied

Est-ce que j’ai repris trop vite après le marathon ? Est-ce que je devrais dormir plus ? Est-ce que je m’en demande trop ? Est-ce qu’il y a une faille dans ma façon de m’entraîner ?

J’en sais rien. En tout cas, je vais te dire : la course à pied, c’est un loisir. Alors je veux bien me faire mal de temps en temps parce que c’est parfois nécessaire pour progresser et que voir un chrono satisfaisant sur la Garmin fait partie du truc. Mais agoniser sur toutes les sorties et se traîner constamment, c’est ni drôle ni normal ni productif.

Alors, je ralentis. Je repasse à 3 sorties par semaines déjà, jusqu’à ce que ça aille mieux. Et puis je réduis les séances de VMA. Tant pis pour le semi de Lille. Y’en aura d’autres

Je pense même à arrêter ce foutu plan et faire les choses « au feeling » (clin d’œil à Carole, à qui ça réussit plutôt très bien) … Au moins quelques temps.

Allez, je retourne à mes courbatures. Je t’embrasse ami lecteur pas encore parti en vacances.

Chien paresseux

52 comments

  1. J’allais écrire ton dernier paragraphe comme commentaire en fait. Tu sors d’une prépa hyper rigoureuse, et tu t’y remets ? Moi qui ai l’impression d’avoir une grosse motivation pour m’infliger des trucs bien cadrés, jamais je m’y filerais comme ça ! Là je suis en mode fartlek, je trouve que c’est nécessaire. Y aller quand on veut, comme on veut. C’est pas possible de faire l’année en enchaînant plan sur plan je pense. Ou disons que… si certains le peuvent, je suis très impressionné. Et lâche le cardio. Venant d’un accro comme moi à cet indicateur, ça veut tout dire ! Je ne l’ai pas remis depuis… je sais plus.

    Libère ton esprit comme dirait Morpheus 🙂

    Et le semi, tu peux le faire sans prépa trop cadré ! C’est pas un marathon. Je vais publier un article sur mes courses d’automne justement, je suis pas DU TOUT en mode gros plan à suivre à la lettre. Et pourtant, je suis sûr que ça ira bien. Tu débutes, tu te cherches, fais au feeling comme tu dis, ça se mettra en place tout seul.

    (tiens l’Evil Koachla est en vacances ? Ben ouais, ça arrive, je gueule pas tout le temps !)

    1. Je suis bien contente que l’Evil Koachla soit parti se dorer la pilule, je crois que je l’aurais envoyé paître sinon (en partant du principe qu’un Koala puisse paître, ce dont je ne suis pas bien certaine) !
      Mais je crois que c’est à force de lire des blogs et de suivre des comptes Twitter de coureurs. T’as l’impression que tout le monde court constamment à des allures folles et pendant des heures. Du coup tu te dis « ok, moi aussi j’peux le faire ». Sauf que non. En tout cas, pas pour le moment !
      Courir au feeling, c’est ce que je pensais faire cet été … Mais l’esprit de compétition est revenu et BAM, plan. Donc, je vais écouter tes conseils et finalement … Faire ce que j’avais envisagé avant même de le courir, ce marathon !

      1. Brouter de l’eucalyptus !
        Et je suis pas fou. Je sais quand on peut pousser quelqu’un, et quand il faut au contraire conseiller d’y aller cool au feeling.

        Et plus, tu sais ce qu’il faut faire. et tu as raison, à lire twitter, TOUT le monde court. TOUT le temps. Voir même… plusieurs fois par jour. Chacun ses capacités, son rythme. Personne ne court toute l’année. Te laisse pas entraîner, c’est toi qui décide. Et tu as lu les mêmes trucs que moi. La récup, c’est primordial. Le repos, c’est important. Faire une semaine light sur 4. Faire des coupures franches dans l’année. Tu y perdras rien, tu y gagneras. J’étais comme toi avant, avec mes blessures. « oh non, je coupe 3 semaines, merde, je vais perdre toute ma vitesse (enfin… ma non lenteur) ». Ben voyons. N’importe quoi. On dit bien « court doucement pour courir vite » pour inciter à bien faire de l’EF. J’ajouterais « Arrête de courir pour pouvoir courir ». C’est aussi important. Et autant je hurlais sur tes apéros saucisson, autant là je vais bientôt hurler si tu t’y remets pas !

        Et maintenant tu sauras que le marathon laisse des effets qui ne se voient pas ou ne se sentent pas facilement. Bienvenue dans le monde des marathoniens 😉

  2. Trop de fatigue!! Une bonne sremaine voir 10 jours de repos, sans sport du tout!!
    Tout ce que tu dis sont des signaux que ton corps envois pour dire stop!!
    Il faut savoir se reposer quand ton corps le demande, même si cela ne rentre pas dans le « Plan »!!

    1. Tu as raison, je pensais qu’une semaine sans courir + 1 semaines de petits footings tranquilles suffirait … Mais apparemment non. Je me prends le contre-coup de plein fouet ! Je vais me reposer … Merci pour ton message 🙂

  3. je ne sais pas quoi te dire car moi et les plans d’entrainement j’y arrive pas et je suis aussi dans une phase quand ça veut pas….
    Alors écoute les bons conseils des autres et essaye de te faire plaisir en courant voire même en trottinant les bonnes sensations reviendront petit à petit 😉
    Biz

  4. Je pense que tu devrais carrément t’accorder une semaine de repos déjà ! Tu as l’air bien à plat, moi j’dis : bains, dodo, massages, hammam … bref tous les trucs qui détendent bien comme il faut ! Avec une razzia au marché pour se faire des bons p’tits plats qui requinquent !
    Et puis pour la suite, faire au feeling serait peut-être pas mal, pour retrouver le plaisir de courir et repartir du bon pied.
    En tout cas, ménage-toi ! Allez zou une tisane et au lit (oui il est 10h17 mais je veux pas le savoir :p) !

  5. Ecoute t’chiotte ch’running cha doit être avin tout du plaisir.
    Si tu n’a plus d’plaisir à courrir, ché nin l’peine de t’forcher !
    On a tous nos passages de « je veux pas y aller » tant que derrière ça reste « j’en ai chié mais ça fait du bien » c’est cool.
    La période post-marathon est vraiment super dur à gérer, à chacun son rythme de récupération pour retrouver de bonnes sensation. J’en ai même viré le circuit auto tous les kilomètres sur ma montre.
    Oubli un peu le plan, fais-toi 3-4 sortie aux sensations… laisse tes jambes te dire qu’elles sont de retour.

    1. J’aime quand on me conseille en ch’timi, merci Stef ! On va y aller mollo pour la suite ouais ! Ça ne m’empêchera pas de venir courir à la Braderie … Mais peut-être pas en mode Iron Girl. Je verrai sur le moment !

  6. D’accord avec les précédents commentaires : la lassitude que tu exprimes clairement à travers ton article justifie au minimum une semaine d’arrêt, le temps de te régénérer, d’avoir les jambes qui démangent vraiment trop (jouer avec cette sensation de manque en attendant encore un peu) et de te refaire une mentalité toute neuve.
    A mon sens, une bonne coupure en période difficile vaut autant qu’une grosse séance en période de grande forme.

    Je ne peux qu’appuyer le côté freestyle que semble privilégier Carole.
    Je pense que même à un petit niveau (je parle pour moi) on apprend très vite à comprendre en partie son corps et qu’à moins d’être naturellement inconscient, on ne risque pas de se mettre en danger en ne suivant pas scrupuleusement un plan.

    De plus, je trouve que l’écoute de ses propres sensations participent à 50% au moins de ses performances parce que c’est ça qui contribue au PLAISIR (ce qui ne signifie pas refuser de souffrir mais il y a des moments où notre corps le tolère).
    Pour ma part, avant le marathon de Caen, j’avais la sensation de manquer de kilomètres. Et ça m’a incité à courir quasi 80km la semaine du départ dont une séance de 10km à un temps que je n’avais plus réalisé depuis 1 an.

    Mais je sentais que je pouvais le faire et que surtout je devais le faire. Après, j’avais un objectif réaliste sur le marathon, j’étais lucide sur mes capacités du moment.
    Enfin, pour moi la course c’est de la liberté et faire plan sur plan c’est contradictoire.
    Je me donne le droit de modifier une séance de fractionné en une séance d’endurance si dès les premières foulées je sens que ce n’est pas le moment opportun.

    Écoute ton corps ! Écoute ton cœur https://www.youtube.com/watch?v=GxDZRk6jVIc

    1. Tu m’épates vraiment à vrai dire ! 80 km avant un marathon, j’aurais jamais osé, je suis trop disciplinée. On me dit « faut pas », je fais pas. Enfin bref, j’ai sans doute encore à prendre de la confiance … Et surtout, surtout … de l’expérience.
      J’ai un peu tendance à oublier que ça ne fait qu’un an que je cours « vraiment », sans coupure quoi. Quand je te vois faire autant de kilomètres, je me dis « pourquoi pas moi » (enfin non, 110 km en une semaine, quand même pas, mais tu vois l’idée) ? Et j’oublie que toi, ça fait bien plus longtemps que tu cours.
      Bref, je vais y aller doucement et en freestyle. Ça va me faire du bien 🙂

  7. Totale compassion, ça doit être super lourd.
    Va te baigner, ça fait du bien. Enfin ça fait du bien si t’aimes ça on est d’accord. Vélo, randonnée, autre (à préciser)? Course déguisée sans objectif chrono? Fais-toi sportivement plaisir.
    Ou achète de nouvelles godasses (je crois que c’est une technique brevetée Evil K.).

    1. J’aime me baigner mais uniquement à la mer ! Enfin … L’idée de mon corps immergé dans une piscine ne me déplaît pas, là, maintenant. Pour les nouvelles shoes, je passe mon tour, trop à sec ! J’attends déjà mon ÉNORME commande Asics sur Private Sport Shop, ça va être Noël !

  8. Le marathon ça n’est tout de même pas une balade de santé … Surtout un premier, et encore plus pour un petit corps de jeune femme de 25 ans.

    Je ne peux que prôner l’entrainement au feeling, surtout quand il fait 30 degrés dehors et que tu n’as pas eu de vacances depuis plus de six mois … Il y a un moment où, même si ta tête a envie de péter des chronos après les séances d’endurance que tu as avalées pour le marathon, le corps a son fonctionnement perso qui ne colle parfois pas du tout avec ce que tu souhaiterais. Et parfois c’est l’inverse … Bref, j’arrête ma philosophie sportive à 2 balles (en espérant que tu piges plus ou moins l’idée).

    Prends soin de toi et de ton corps. Des courses et des objectifs potentiels, il y en a des dizaines et des dizaines toute l’année. Et tu as encore des dizaines d’années de running devant toi. Comme tu le dis : « la course à pied, c’est un loisir ». On ne va pas se prendre le chou pour un chrono sur semi-marathon. Néanmoins si ça dure, un petit check-up médical n’a jamais tué personne. 🙂
    [Je suis vraiment la voie de la sagesse ce matin.]

    1. J’ai compris ce que tu voulais dire (enfin, je crois) ! Le pire, c’est que souvent je me dis « j’ai le temps pour progresser, n’y allons pas trop vite, savourons ce moment où on ne stagne pas trop » … Et puis je fais tout l’inverse. Au moins, mon corps m’a remise à ma place !
      Finalement, ce n’est pas tant de faire une croix sur un objectif qui me mine, c’est plus de ne plus prendre de plaisir et d’avoir l’impression de régresser. Donc ouais, repos et relâchement s’imposent 🙂

  9. La « voie » avec un X, ça aurait été plus joli pour conclure. Mais plus de six mois sans vacances, tout ça tout ça … Quoique ça peut aussi vouloir dire « chemin de la sagesse ». Bref ! Biz, et à bientôt !

  10. bonjour !!! çà rame ! et c’est peut-être normal après la prépa-marathon et le marathon itself non ?
    Une bonne coupure de deux semaines (une sans sport -rin ! nada !- et une seconde a la rigueur avec des session + « cool » de piscine ou velo , voire avec rin du tout itou si besoin hein ?) là et maintenant serait peut-être bienvenue pour te permettre de te refaire : et une envie et un physique reposé pour reprendre fraiche et dispo -même si vu tes soirées a priori le terme est..comment dire.. mal choisis peut-être ;).
    Sinon tu vas te dégouter de courir et pire te blesser.
    Et puis tu auras quand même un peu de temps pour te préparer pour ton semi et ton trail-relais et tout et tout, mais dans de bien meilleures dispositions non ? De toutes façon si tu y arrive rincée et sans envie, çà va être l’enfer et c’est pas le but in fine, non ?
    Bref au moins une semaine de coupure franche te ferais le plus grand bien je pense !
    a toi de voir et peut-être se verra-t-on sur le trail de la pointe caux si tu le fait toujours !
    bonne réflexion !

    1. Ralala, une semaine sans rien rien rien ça va être dur ! Mais bon, si c’est nécessaire …
      Pour autant, je pense pas encore modifier mon planning de rentrée donc j’espère bien être sur le trail de la pointe de Caux oui !! Je sais pas encore quel relais par contre … (d’ailleurs, pas de navette, ça doit être un peu compliqué point de vue logistique). Faudrait qu’on se cale un RDV pour se faire un petit coucou 🙂

      1. maaais non çà va pas être dur la première semaine, , c’est la deuxième éventuelle qui l’est, plus encore quand ta moitié te demande quand tu reprends parce que tu devient parfois pénible 😉 donc une semaine sans rien c’est court et c’est bien. En plus tu reviendra avec l’oeil du (de la) tigre(sse) (gare au koala punk !).
        Pour le TPC on verra çà en temps utile (y a le temps et je ne sais pas encore si je fais tout ou en relais, donc on se reparle pour le coucou)…
        bonne farniente en tout cas !!!

  11. Hi hi j’adore la dernière photo 😉
    Bref, revenons à nos moutons, la course à pied, c’est pas facile (nan, sérieux ??!!). Il y a des jours (ou des périodes) où tu pètes la forme et d’autres pas, et, personnellement, je n’ai pas réussi à savoir pourquoi. Ca a tendance à me frustrer mais, comme tu le dis, j’essaie de me rappeler qu’à la base, je cours pour me faire plaisir. Dans ces moments là, j’essaie de revenir à l’essentiel et au pourquoi du comment je cours. Pour moi, l’idéal, c’est une sortie running dans la campagne, sur un nouveau parcours, sans kilométrage et sans pace à suivre (sans montre même).

    1. Oui, je vais un peu lâcher la bride … En ce moment, je ne prends pas de plaisir et ça, c’est vraiment ce que je veux éviter à tout prix. Surtout que je ne serai jamais une championne, j’ai rien à y gagner à part des blessures et un moral en berne ! Donc repos, sorties tranquilles et à la sensation ! Ça va bien coller avec les vacances finalement 😉

  12. Tout a été dit avant moi. Et ils ont plus d’expérience. Repose-toi, délasse-toi. Va marcher si cela te fait du bien. Cours avec la musique dans les oreilles, au feeling. Ecoute-toi. Dans quelques jours (semaines) ça ira beaucoup mieux. bientôt les vacances?

  13. Effectivement t’as peut être repris un peu vite après le marathon ^^ Je serai toi, je ferai une bonne grosse coupure. Moi j’ai opté pour ça, et je suis mon plan d’entrainement terrasses et bars assez méthodiquement pendant trois semaines au moins 🙂

  14. Du repos, du dodo et des chipos. Voilà ton prochain plan d’entrainement durant les 2 prochaines semaines.
    Pour revenir fort faut savoir faire une pause. C’est pas parce que tu stoppe l’entrainement pendant 2 semaines que tu vas perdre tes acquis. Et tu peux privilégier le vélo ou la piscine à en mode loisir si tu veux te bouger un minimum.
    Et oui tu peux pas être en mode warrior toute l’année. Et dit toi que ton semi tu l’as déjà dans les pattes et la préparation dans la tête. Et la tête, tu m’as déjà montré qu’elle était solide, donc tu ne peux que le finir ce Semi Moules Frites, avec un joli chrono à clef j’en suis sur.
    Même en t’y remettant début Aout t’as largement le temps d’être au top, donc don’t worry be happy

    1. Merci Jerem, je vais suivre la voix de la sagesse, tu as raison ! Et puis même si je fais le semi de Lille tranquilou bilou, ce sera pas bien grave. Surtout qu’il est quand même sous le signe de la camaraderie vu le nombre de copains blogueurs/twittos qui seront présents 🙂

  15. Excellent jerem ! Tu ma fait rêvé là ! « le semi moule frite » LOL !!!!
    Je vais pas être original, mais c’est vrai que quelques sorties en mode « cool la Life, je profites du paysage » ne pourra te faire que du bien. C’est difficile quand tu as une âme de compétiteur (et là je te parle en connaissance de cause :-p) de voir tes temps au km à plus de 6min, mais le principale comme tu le dit si bien, c’est que le running reste un plaisir !
    On se voit le 31 Aout pour partager un bon moule frite avec tout le monde après un beau semi pépère alors ?

    Run is fun !
    Matt

    1. Bé pourtant, je pensais pas avoir trop trop une âme de compétitrice comme tu dis ! Je découvre des aspects de ma personnalité que je ne soupçonnais pas … C’est aussi à ça que ça sert, la course à pied ! Oui, on devrait se voir au semi de Lille ! Je serai chez une copine donc je peux pas te dire si moule-frite ou pas, on verra, je vois ça avec elle 😉

  16. Bon j’arrive grave à la bourre (paye tes réunions….!) donc je ne vais pas être très innovant ! Cependant, et même si c’est pas simple, il faut impérativement te fier à tes sensations. J’ai réussi à me faire un espèce de burn out à 2 semaines du MdP. Comme toi : le cardio (même si j’avais pas beaucoup de référence) qui s’envolait, une fatigue monstrueuse, plus trop l’envie, t’en arrives à bâcler tes dernières sorties, tu te sens lourd, t’es mort alors que tu te traînes. Bref tous ces symptômes que tu décris bien. Bon, il fallait pourtant tenir pour finir au mieux avant le jour J.

    Dans ton cas à toi justement, tu as fait quelque chose-d’hyper rigoureux il y a un mois, qui s’est préparé pendant plusieurs semaines, que tu as très bien géré. Le contre-coup il arrive nécessairement. Comme le dit Carole c’est pas anodin ce que tu as fait, les températures actuelles, le ras le bol intellectuel, tout ça fait que physiquement tu as peut être un creux. Mais ça m’inquiète pas plus que ça !

    Quelqu’un m’a dit que pour récupérer complètement d’un marathon c’est : 42 km = 42 jours. Personne ne doit respecter ça, à j+3 j’étais évidemment sur un footing tout doux. Tu en est à 30 jours. Donc zen, profites d’un peu de repos bien mérité, fais tes semis à la cool, pas besoin de te faire un gros plan d’entrainement méchant cet été (dit-il…ahaha!). Tu perdras pas tant que ça, et ton coeur/rythme appréciera tout autant à la reprise !

    PS : Je vais prendre les ride :p

    La bise !

    1. Ça me rassure de pas être la seule à avoir « vécu » ça (dis comme ça, on dirait une maladie grave, relativisons ^^). Je commençais à me demander si j’avais pas un problème cardiaque ou quoi. La fille qui se voile pas du tout la face !
      Bon, toi tu as le droit à un plan bien méchant, tu vas recourir un ma-ra-thon, THE distance quoi. Donc il faut bien ça. Les semis sont effectivement bien plus abordables du coup …
      Et vraiment, très bon choix pour les Ride. Tu vas voir, la semelle intérieure est top : une petite mousse bien accueillante, de vrais chaussons ! Ça va te changer de tes tanks :p

  17. Hello Miss,

    Mon commentaire commence par un question: Depuis combien de temps pratiques-tu le running régulièrement? … J’ai pris le temsp de chercher et je vois que ta première course remonte à Décembre 2010.
    En seulement 3 ans, tu as réussi de finir un marathon en un temps que je qualifierai de « canon ». Car courir un marathon, ce n’est pas le « marcher » et le finir en 5h30 ou 6h. Derrière un performance comme la tienne après si peu de temps de pratique, il y a un réel potentiel et surtout une très bonne préparation.
    Pratiquer le running c’est savoir doser en permanence entre ses envies, ses défis et surtout en fonction de sa forme. Il ne faut pas s’imposer des cadences d’entraînement de champions parce que nous autres amateurs, nous avons une vie à côté qui nous fatigue. Si tu te sens fatiguer, laisse aller un moment, fais-toi un vrai pause même si elle doit durer un bon mois. Sinon tu risques de te blesser, de douter de toi comme tu sembles déjà le faire … Bref tu risques de devoir y renoncer plus longtemps que tu le ferais si tu accepte de faire une VRAIE pause.
    Pourquoi ne pas en profiter pour t’initier à d’autres sports complémentaires (Pilates, Yoga, Natation, Marche, …)?
    Pour les causes de ta fatigue, le marathon peu y être pour beaucoup. Pour ma part, je ressens une très grosse fatigue après le marathon et pendant 1 mois et demi, je ne fais que des petits footing pour le plaisirs. Pas de séances exigeantes. Pour recréer une sorte de manque, une envie de s’y remettre 🙂
    Tu peux aussi surveiller ton alimentation. Enfin, le running a haute dose provoque des dérèglements hormonaux chez la femme, qui sont souvent dûe à une fonte de la masse graisseuse (que l’on remplace par du muscle 🙂 ) la fatigue peut aussi être dûe à cela.

    En tout cas, ne culpabilise pas. Ecoute tes sensations, c’est le secret de la longévité (beaucoup de sportifs compulsif s’abîme et doivent renoncer à leur occupations fétiches a cause de blessures irréparables) C’est comme tout, la modération est de mise.

    En tout cas, je reste impressionnée par ta motivation et tes résultats. Et je suis totalement fan de ton nouveau logo 🙂

    Mystinguett

    1. Entre fin 2010 (mes vrais débuts en course à pied) et milieu 2012 (le début de la régularité), ma pratique était en pointillés (« je cours 3 mois, j’arrête 2 mois », etc.). Vraiment régulièrement, je n’en suis qu’à ma première année. Et je prends aussi de plein fouet la fatigue d’une année complète d’entraînement ! La montée en charge a été progressive mais importante et je ne suis pas encore habituée en fait. Donc effectivement, quand je prends un peu de recul, je réalise que c’est tout simplement normal de prendre ça dans la tronche ! Mais il m’a fallu me vautrer sur une séance de 200 m + un article sur le blog + vos commentaires pour m’en rendre compte. Heureusement que j’ai un blog, sinon j’aurais peut-être tout arrêté ^^ !
      Bref, merci beaucoup pour tes conseils, tes encouragements et les infos (je ne savais pas pour les dérèglements hormonaux … Tu crois qu’on est concernées à notre niveau de pratique ?) ! Et ravie que tu apprécies mon nouveau logo, mon mec le déteste mais j’adooore ce petit côté « Rainbow » 😉

      1. Si tu as fait un an d’entraînement plus ou moins intensif, c’est une éventualité. Je ne suis pas dans le système médical mais les coureuses de fond et en particulier les marathoniennes peuvent être concernées.

  18. Une petite déprime post-marathon? Ah.. le stress d’une course dans le Nord de la France..? certainement..! Pour revenir au cardio : c’est sympa, mais pas trop souvent. Les sensations Manue !!! les SEN-SA-TIONS !! tu sais, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise méthode pour une reprise après un marathon. (reprise du dialogue d’Otis) Tu as raison, une bonne copie sur les méthodes de Carole et tu deviendras rapidement une vraie championne ! ^^ Au feeling Manue, au FEE-LING !!! Voilà, je résume ma magnifique intervention sur ton blog par une conclusion en trois mots : SEN-SA-TIONS + FEE-LING = PLAISIR ! Bisous de Lille.

    1. En fait, je suis tellement impressionnée à l’idée de courir dans le Nord que je me cherche déjà des prétextes pour y aller tranquille. Voilà tout ! Tu m’as démasquée !
      Je salue ton sens de la communication by commentaire : concision, clarté, mots clefs à retenir pour meilleur impact. C’est parfait. Je vais donc t’écouter parce que si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec toi, je dirai que c’est d’abord des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main … Et grâce à ça, je chante la vie, je danse la vie, je ne suis qu’amour (oui, j’ai écourté quand même).
      Bisous da Rouen !

  19. Ton article, c’est dingue, c’est tout à fait moi!!! j’ai l’impression de me traîner et d’agoniser depuis quelques semaines. Pas assez de repos? Mauvaise façon de m’entraîner? Il fait certainement trop chaud… Que faire svp? je n’arrive même pas à tenir les 6’/km prévu pour mon marathon 🙁 j’ai peut-être trop vite enchaîner cette prépa marathon après ma série de semis…

  20. Tout bien réfléchi, je pense que si on est raisonnables, on doit écouter son corps et soit se mettre au repos complet une bonne semaine, soit se mettre à l’entraînement croisé (vélo, natation, marche…). ;-p

    1. Oui, c’est ce que préconisent la plupart des coureurs plus expérimentés donc je n’ai fait aucun sport pendant une semaine (et j’essaie de me coucher tôt, accessoirement). Je vais m’y remettre tout doux avec 3 séances par semaine dans un premier temps.
      Ton marathon est le 20 octobre c’est ça ? Tu as encore le temps pour te reposer un peu avant de commencer ta prépa. C’est hyper important, sinon tu risques d’arriver crevée le jour de ta course, ce serait dommage 🙂

  21. Le commentaire de la Mystinguette me plaît bien. Laisser revenir l’envie, se changer les idées mais ne pas perdre toute condition physiquement en faisant autre chose : vélo, rando, nage, … foot ??
    NB: ceci n’est pas une leçon :-p

    1. Mais mais mais, tu l’as pas pris pour toi hein mon article sur les conseils VS leçons ? Parce que fallait pas du tout hein, vraiment !!
      Bref, sinon … Pourquoi pas du taï chi ? J’aimerais bien tenter le curling mais ça me semble compliqué ici et dans cette saison … ! Plus sérieusement, oui, je vais réfléchir à ça. Je vais faire un peu de rando sans doute en vacaciones. Et puis … Nager ouais, ça me donne envie (mais dans le mer, j’aime pas la piscine)… Mais je pars de trèèès loin.

  22. Le marathon c’est quand même un truc de dingue. C’est sans doute normal que ton corps te demande un peu de repos. Alors la course plaisir, avec des sensations sympas, je crois que c’est ce qui compte. Pour le cardio, je me demande quand même s’il ne peut pas être bénéfique pour être certaine de ne pas monter trop haut dans les tours et ainsi de travailler le foncier.

    1. Hé oui, rester à FC basse c’est ce que je m’échine à essayer de faire, mais le cardio monte monte monte, même à allure réduite. Donc il est possible que j’aie besoin de repos 😉 !
      C’est vrai que j’ai tendance à oublier que le marathon n’est pas une course anodine … Merci pour ton message !

Leave a comment