Mes premiers 5 KM chez les Scottish !

7 février 2014

Mission 1042 – épisode #1: back to basics

7 février 2014

Taguée aux Liebster Award !

7 février 2014
empty image
empty image

liebsterblogawardJ’ai été Liebster awardée par trois sympathiques blogueuses et je les en remercie. Vous avez suffisamment vu ces tags fleurir sur la blogo pour que je vous épargne l’explication du pourquoi/comment de la chose. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à aller chez Mystinguett, chez Adénine ou chez Mademoiselle Aurore.

Donc d’abord, je dois dire 11 trucs sur moi puis répondre à 11 questions. Comme j’ai eu la chance d’être triplement taguée, j’ai fait mon petit marché dans les questions et fait un p’tit mix. Comment ça, « tricheuse » ? Je re-tague pas derrière parce que je crois que quasi tous les blogs que je suis et susceptibles de jouer le jeu y sont déjà passé.

11 trucs sur moi

  1. Je suis une grosse angoissée
  2. En réalité, j’ai dû courir ma première course à 8 ans
  3. Quand j’étais petite, ma passion était de monter dans les arbres et je rêvais d’être aventurière. La déception quand j’ai compris que c’était pas un vrai métier …
  4. J’ai été ultime fan des Pokémons, j’ai battu le conseil des 4 sur la version rouge
  5. Je sais toujours pas quoi faire de ma vie (imagine l’angoisse)
  6. Je ne repère la droite et la gauche que grâce à deux grains de beauté sur ma main gauche
  7. Jusqu’à mes 18/20 ans, je ne mangeais quasiment AUCUN fruit ni légume. Comment ai-je fait pour ne pas être hyper carencée ? Mystère …
  8. Je suis vraiment fatiguée par l’agressivité des techniques marketing de certaines marques de sport …
  9. Je chante beaucoup trop, pas toujours très bien et pas toujours de très bonnes chansons (ex. je connais « D’Eux » de Céline Dion par cœur)
  10. Je pourrais écouter Bon Iver indéfiniment
  11. Vous l’aurez peut-être remarqué, mais j’aime beaucoup me poser trop de questions

 

Les réponses aux questions des blogueuses

Mystinguett de Mystinguett Corner

5 bonnes raisons qui te poussent à courir

  1. Etre fière de moi, prendre confiance en moi, progresser
  2. Me vider la tête, contrôler mon angoisse
  3. Etrenner du nouveau matériel (quoi de plus motivant que des nouvelles shoes ?)
  4. Garder la forme
  5. Avoir des trucs à raconter sur mon blog (ahah)

Ton plus beau souvenir

En course à pied ? Très certainement … Attends, j’hésite entre le marathon … Parce que … Le marathon quoi … Et les 20 km de Paris parce que cette course a été supra magique pour moi : l’ambiance, Paris sous le soleil, le plaisir que j’ai pris à courir. Hum, quif-kif (woaw le néologisme génial que je viens d’inventer, hein hein hein ?!).

Que penses-tu de l’esprit de compétition ?

Je sais pas trop en fait. Je dois l’avoir plus que ce que je ne m’avoue, honnêtement. J’aime vraiment progresser, grimper tout doucement dans les classements … Je regarde les classements d’ailleurs, bien la preuve que je m’y intéresse. A la fois, je me sens pas non plus comme une grosse compétitrice. Je dis souvent que je préfère l’émulation à la compétition, j’aime pas l’idée de « battre les autres » dans la compétition.

Tes objectifs Running pour 2014

10 kilomètres en 42 min, l’objectif me semble déjà assez prétentieux pour ne pas m’en fixer d’autres.

 

Aurore du Blog de Mademoiselle

Ton blog, tu en penses quoi ? Tu l’imaginais comme ça à sa création ?

Ecoute, je l’aime bien mon blog. C’est mon petit bébé, je le bichonne, je l’anime, j’essaie d’en faire un endroit convivial, sans prise de tête. Et je suis contente parce que ma meilleure amie dit qu’il me ressemble. Donc ça va, je triche pas trop trop.

A la base, je ne savais pas quoi en attendre. Je n’en attendais rien de particulier d’ailleurs ! Et puis les gens sont venus, j’ai été voir chez les autres … On a discuté, échangé, blagué, on s’est rencontrés « IRL » et passé de bons moments ensemble … Je découvre de nouvelles personnes chaque semaines … Donc quoi de mieux ?

Quelle place a le running dans ta vie ?

La course à pied est assez structurante dans ma vie, aussi grâce au blog d’ailleurs. Là, je viens de déménager en Ecosse et mon premier réflexe a été de chercher où courir, comment courir, avec qui courir. Disons que c’est devenu un réflexe, un truc naturel. Et je me sens globalement mieux depuis que je coure, autant physiquement que psychologiquement. Après, ça fait aussi du bien de couper un peu de temps en temps pour ne pas oublier toutes les choses à côté, accorder du temps à tes amis, ta famille, d’autres activités, etc.

Si tu devais participer à une seule course dans l’année, cela serait laquelle ?

Mon petit téléthon de Roumare (6 ou 10K), parce que ce fut la première, que je la coure tous les ans et que je m’y suis attachée.

As-tu déjà eu une déception en course à pied ?

Pas vraiment … Si ! Ça me saoule quand une course annoncée 10K tout rond label FFA et tout le bazar … Ne fait finalement que 9,5K … Suivez mon regard … 😉

Après, les déceptions en terme de performance … ce sont juste de bonnes façons de te remettre en question et/ou d’apprendre de tes erreurs. Généralement, je le vis bien 🙂

 

Adénine de Tendre Bocal

Comment tes collègues / amis / personnes de ta famille voient-ils ta pratique de la course à pied ?

Ils sont globalement soient indifférents soit plutôt enthousiastes. J’ai enrôlé quelques collègues à courir leur première course l’année dernière, c’était vraiment un chouette moment. Certaines de mes copines proches courent ou se sont mises à courir donc c’est super cool de partager ça. Mon mec court, les potes de mon mec courent … Après, j’essaie de ne pas trop saouler mon entourage avec la course à pied. Le blog est là pour ça aussi. Tu vas sur mon Facebook perso, tu verras très peu de choses en rapport avec ça (bon, j’avoue, j’ai quand même fanfaronné quand j’ai fini mon 1er marathon héhé).

Quel terme emploies-tu le plus souvent pour te définir : runner(euse), coureur(euse), joggeur(euse) ?

Joggeuse, jamais. Coureuse … Je trouve que ça sonne pas terrible. Runneuse … je suis pas fan parce que je trouve ça trop rattaché à l’effet mode de la course à pied. Souvent, je crois que je dis « je cours » et/ou « je fais de la course à pied ».

Est-ce que tu fais attention à ton alimentation ?

J’essaie de pas trop faire de folies et de manger des légumes et tout … Mais globalement, pas vraiment vraiment. J’aime beaucoup les bonnes choses et je ne me prive jamais d’un bon repas. Par contre, depuis que je coure, j’ai beaucoup moins de mal à résister aux trucs sucrés. Avant, une tablette/un paquet de gâteaux entamé = une tablette/un paquet de gâteaux fini. Aujourd’hui, j’en achète quasi jamais et j’arrive à contrôler mes pulsions !

Que fais-tu quand ta tête te dit « arrête-toi de courir » pendant une course « officielle »/ un entraînement/ une petite sortie ?

En course, je réfléchis pas trop. Juste, c’est une course, je m’arrête pas, c’est tout.  Je vois déjà Mister PAP me dire « ouais, sauf au marathon ». C’est vrai, sauf au marathon.

Sinon, je me dis « allez, plus que X km, c’est rien du tout, plus que X min d’effort et après c’est fini ».

Après, sur un entraînement, y’a 2 cas de figures :

  • C’est dur mais j’avance –> je m’oblige à tenir mes allures parce que c’est pour la bonne cause.
  • C’est dur et je sens que le corps ne veut vraiment pas, que je n’arrive pas à atteindre mes allures cibles –> je lâche l’affaire très vite. Ca arrive rarement mais je crois qu’il faut savoir écouter ses sensations.

 —

Merci les filles et à bientôt tout le monde !

 

18 comments

  1. J’aime tes anecdotes! Et compatis pour ton avenir flou, j’ai toujours su ce que je voulais faire et du coup, quelque part, c’est bien plus facile (surtout quand on y arrive, sinon ça doit être frustrant).

    Les classements permettent de voir ta progression. Bon sur route (et sur du plat), tu peux la voir au chrono aussi, t’as plusieurs moyen de mesurer ton ascension vers l’élite. 😀 En trail, je regarde plus le classement que sur route, parce que je me rends moins compte du chrono qu’on est sensé faire au départ. Je pense pas que ce soit un esprit de compétition sur-développé, c’est surtout histoire de se situer.

    La droite et la gauche j’aurais jamais deviné. O_o

    1. Ouais, l’avenir flou … C’est flippant. Je suis formée dans un domaine mais je ne m’y sens pas forcément légitime et je suis pas sûre d’aimer ça, finalement. Ce qui me rassure, c’est qu’on est nombreux dans le même cas. Enfin, j’espère avoir une révélation rapidement. Mais je crois que je peux toujours rêver ^^.
      C’est clair que le classement a d’autant plus d’intérêt en trail ! C’est aussi ça qui me déroute dans le trail, de ne pas « viser » un chrono. C’est con mais ouais, je crois que je serais perdue !

  2. Tu es mon héros haha ! Si seulement monter dans les arbres pouvait être un métier…
    Et moi aussi j’ai fini Pokémon, mais la version or (pour être honnête, un jour j’ai rallumé ma game boy pour voir. J’avais 19 ans. Et j’ai joué. Heureusement pour moi, la sauvegarde ne marche plus ^^).
    Quand j’étais petite (maintenant j’ai pigé), je repérais ma droite et ma gauche par… un grain de beauté dans le pli du coude droit.

    C’est vrai qu’une course mal mesurée ça fout les boules, surtout si elle est labelisée…

    1. Naaaan ? Ahah, dire qu’on aurait pu s’échanger des Pokémons et tout, on aurait dû se rencontrer plus tôt. Si ça peut te rassurer sur ton âge mental : j’ai acheté ET joué à Pokémon Platine … Je devais avoir 22 ans. Voilàvoilà …

    2. Je crois qu’on ne sait plus trop ce qu’on veut faire de notre vie parce qu’on a essayé de nous préparer à ne pas exercer le même métier tout au long de celle-ci. En plus le marché de l’emploi est compliqué. On est dans une transition au niveau des modèles.
      Beaucoup d’idées plus ou moins vagues/crédibles s’entrechoquent dans nos caboches et ça créé une forme d’angoisse. Du coup, quand on fait quelque chose, on a du mal à se sentir légitime.
      Je suis comme vous, je me pose des questions quant à ma légitimité dans mon métier. J’ai d’autres idées mais je ne me trouve pas assez costaud pour jouer à fond.
      Au final, soit on sait dire STOP et foncer sans se poser de question, soit on se fait une raison et on accepte de vivre dans cette instabilité constante.

      1. Je sais pas si je dois me rassurer de voir qu’on est si nombreux … Tu parles de « légitimité » est c’est exactement ce que je ressens. Je ne me sens pas légitime, depuis le début de mes études, dans le secteur d’activité dans lequel je suis censée évoluer et pour lequel j’ai étudié 5 ans. Est-ce que c’est une question de confiance en soi ou un problème de système … ?
        C’est clair que le marché de l’emploi n’aide pas à prendre des risques. J’ai envie de changer, clairement, mais je me dis aussi « c’est la dernière fois, donc sois sûre de toi » … Donc angoisse. Peut-être qu’on attend trop du travail aussi ? On cherche une forme d’épanouissement là-dedans quand, avant, on cherchait juste une forme … de salaire ^^ !

  3. Alors, petit 5, idem (et je suis plus vieille que toi, en plus… on n’est pas sauvé !). Bon, et tu peux ajouter à ça le petit 1 et le petit 11… rrraaalala.
    Je chante aussi, pas assez à mon goût et trop au goût du playboy (superbement bien à mon sens, et comme une crécelle au sens de mon Papa… WTF ??).
    Céline Dion et JJG, c’est un peu la base. Viens, j’t’invite chez moi. On ira courir ET chanter « D’eux » tout en même temps. Ce sera trop chouette !! (Le playboy s’exilera peut-être…)
    Je ne connais absolument pas Bon Iver. J’ai écouté. C’est cool ! Mais, j’ai envie de pleurer maintenant. Bravo ! 😉
    Je m’en vais de ce pas me chanter un petit coup de JJG. Hop là !

    1. Ah bah je me sens moins seule du coup, sur le truc avenir-flou-et-incertain ! On a qu’à se dire que c’est plus excitant qu’un chemin tout tracé, non ? (On se persuade comme on peut héhé).
      Je pense que nos playboys respectifs pourraient bien s’entendre car le mien est également très hostile à mes démonstrations vocales … Mais il n’a pas de goût tout simplement. JJG est une référence pour moi aussi, je maîtrise un certain nombre de ses classiques ! Vas-y je débarque en Californie ^^ !

      1. Mais c’est QUAND TU VEUX ! On formera un club de running en musique (hop là, petit 5 réglé). On laissera les playboys critiquer nos performances vocales dans leur coin (jalousie ça s’appelle). Bien évidemment, on aura SingStar pour s’entraîner, cela va sans dire… Ah ? Tu voulais peut-être juste faire une petite visite ?… Hu hu hu, je me suis emballée 😉

    1. Je crois que j’ai déjà vu ce nom quelque part … Je viens d’écouter quelques morceaux, y’a moyen que j’aime beaucoup, merci pour la découverte !
      Ça laisse plus de place à l’imagination, clairement … Mais aussi à l’angoisse. Au moins, j’apprends à la gérer !

  4. Cool ce petit mixte.
    Je peux me joindre au club « des filles qui chantent et leur mec qui disent chuuuut »?

    Moi j’ai beau avoir mon blog, quand il se passe un truc en course, j’en parle à tout le monde. Je sais que c’est chiant, mais je ne peux pas trop m’en empêcher. (Sauf si la personne n’en a strictement rien à faire… elle ne me dira que « ça fait combien un marathon? » grrr…)

    1. Ahah grave, viens chanter avec nous ! On laissera nos boys maugréer dans leurs coins.
      Non mais j’avoue, ça m’arrive d’en parler à mon entourage … Mais le blog aide à ne pas trop dépasser le stade de l’écœurement héhé. Le « marathon de 10K » ou « c’est combien de kilomètre un marathon », de grands classiques », mais c’est normal ceci dit. Regarde, par exemple, je sais même pas combien y’a de joueurs dans une équipe de rugby ^^ !

  5. J’ai « D’eux » dans ma playlist spéciale course à pieds… Je me devais d’ajouter ma pierre à l’édifice parce que je crois que Céline Dion ignore une partie de son public. Merci, j’aurais moins honte la prochaine fois. 😉

Leave a comment