Good Bye Scotland !

7 juillet 2014

Déconnexion et course à pied

7 juillet 2014

Un podium surprise à l’Enduro des Forts !

7 juillet 2014

Querqueville, ville côtière du Nord-Cotentin, samedi. Il pleut mais les gens sont ouverts et souriants. Facile d’échanger quelques mots avec les coureurs dans cette ambiance intimiste et décomplexée, j’aime. 16h30, à l’abri parmi 120 congénères, je m’élance sur l’Enduro des Forts, course de bord de mer de 8 ou 16 km. Une sorte de trail plat tout à fait inédit dans ma pratique. J’opte pour le 16 km soit 2 allers/retours.

Pour le plaisir (cf. Herbert Léonard)

Trente minutes plus tôt, j’avais payé 6€ pour avoir le droit de me caler derrière la rubalise posée sur la plage et faisant office de ligne de départ. La mer est à quelques mètres de nous.

Je m’étais échauffée et avais trouvé mes jambes plutôt fraîches. Et puis, j’avais vaguement envisagé de pouvoir tenir un 12 km/h de moyenne sur la course. Voilà pour la stratégie.

Je pars donc toute en joie et sans pression aucune sur la bande de sable-ferme. Après quelques centaines de mètres, il nous faut passer sur des rochers et enjamber un petit cours d’eau pour remonter sur un petit chemin pas trop technique. Puis, nous redescendons sur la plage. Passage redouté (surtout à partir de la 3ème fois) puisque constitué de sable mou et de petits cailloux qui cassent bien les jambes. Re-sable ferme (= repos), demi-tour gauche, petit gobelet d’eau et on fait la même chose dans l’autre sens. Le tout, 2 fois pour boucler les 16 km.

Première quoi ?

Le truc plutôt cool avec ce genre de configuration parcouristique, c’est qu’on n’arrêtait pas de se croiser avec les gens. Quand j’ai su que j’étais en tête chez les féminines, j’ai fait un petit regard au 1er de la course genre « hé hé hé hé moi aussi j’en suis hein hein hein ? ». Et il m’a grogné un encouragement. Trop cool.

Donc oui parce qu’au 5ème kilomètre, j’ai doublé sans le savoir la 1ère du 16 km. Puis, c’est un Monsieur à la fin de la 1ère boucle qui m’a dit « 1ère du 16 », en m’encourageant. Hé, honnêtement, vu le temps et le parcours, y’avait à peu près personne pour regarder la course mais les 3 qui étaient là étaient super cools. Et puis je sais pas, tout le monde était jovial et sympathique !

Bon bref, me savoir en tête m’a bien boostée et je me suis interdit de me faire doubler (l’histoire dira qu’il y avait 7 nanas sur le parcours en tout, autant dire que c’était pas NON PLUS la lutte acharnée HEIN). Je tentais d’accélérer sur les parties sable-ferme et de ne pas me cramer totalement dans le sable-mou. HORREUR MALHEUR ( c’est la c’est la c’est la salsaaaaa du démon ) ce sable-mou. C’est rigolo au 2ème, un peu chiant au 6ème, douloureux au 10ème et détestable au 14ème !

A effort inédit, résultat inédit !

Du coup c’est vraiment bizarre comme effort, complètement différent du bitume. Par exemple, au 6ème, je me suis demandé comment j’allais tenir 10km de plus … Et puis je me requinquais un peu sur le sable-ferme et ça repartait comme l’an 40 (ou presque). J’ai manqué de très près la crampe du mollet et j’ai eu des jambes-petits-bouts-de-bois à partir du 12ème mais j’ai tenu bon ! Tu penses bien, j’étais fière comme Artaban.

Après 1h22 d’effort pour 16,3 km et une tentative ratée de mon prédécesseur pour me faire accélérer dans les derniers hectomètres, je franchis la ligne d’arrivée. La foule est en délire, les demandes en mariage pleuvent, tous les clubs locaux me proposent de rejoindre leurs équipes, Nike m’offre un juteux contrat de sponsoring (désolée Univers Running, c’est fini entre nous) … Bref, gloire, succès, argent facile, hommes à mes pieds.

Non, en vrai, seuls Michel du chrono avec sa femme Maryse sont là pour m’applaudir. Bon, Gégé m’annonce quand même au micro hein. Plus sérieusement, j’ai trop aimé. C’était comme si on avait fait une course entre copains et qu’ils étaient contents pour moi. Après, j’ai attendu super longtemps pour monter sur mon podium. Les 3 supporters avaient déjà lâché l’affaire depuis longtemps. Intimiste je vous dis ! N’empêche, j’ai eu une boîte de trop bons biscuits, des fleurs, une coupe et une serviette. Contente Manue !

Bref, j’ai adoré et malgré le format disons … confidentiel, je suis quand même contente d’avoir fini première. En plus y’avait mon nom dans la presse locale du lendemain et je crois que mon papa était fier.

50 comments

  1. Podium surprise, podium surprise seulement pour toi championne; nous on l’entendait depuis longtemps 😉
    Ah les petites courses bien sympathique et intimiste c’est vrai que ça booste et qu’on fait de joli résultat et puis entre nous je ne sais pas peu importe le nombre de féminine tu es première quoi !
    Pour la fierté de Papa, je pense qu’il n’y a pas de soucis de ce côté là en prime avec un article dans le journal il risque d’être encadré.
    Beau retour en tout cas, on dirait le parcours d’une championne parti à l’étranger s’entraîner dur pour revenir plus forte.
    Mais ceci n’est qu’un début hein …

    1. Merci Stef ! C’est sur que ça fait plaisir même si bon hein, on s’emballe pas, ça reste de la petitepetitepetite course. La motivation peine à revenir, j’ai toujours l’esprit ailleurs et mon activité sur le blog s’en ressent … Ça m’embête parce que j’ai pas envie de laisser mourir le truc mais bon, hé, la vie avant tout !

  2. Félicitation!!!!!!!
    Vive les petites courses moi je dis!!!! Déjà pour le prix et puis du coup on peut avoir son nom dans le journal aussi le lundi matin!!!! Moi j’ai fini 8ème de ma course mais il y avait mon nom dans le Télégramme autant dire que j’étais trop heureuse!!!!!
    Vivement la prochaine course!!!!!

    1. Hihihi merci ! Je sais pas trop si j’ai le droit de dire trail quand même, si ? Un trail sans D+ est-il un vrai trail ?! Ça change comme type d’épreuve, ça fait du bien 🙂

    1. Merci beaucoup Carole ! L’ambiance simple-pas-prise-de-tête me va définitivement bien … Et si en plus on peut faire des podiums, on va pas s’en priver ^^ !

  3. Congratulations Manue !

    Bon par contre il faut leur expliquer pour un trail, même plat, le cadeau c’est pâté / bière ou cresson pas des biscuits dans une boîte vintage !

    1. Écoute y’avait une bouteille de cidre avec le dossard mais moi je l’ai pas eue, je sais pas pourquoi ! Mais ces biscuits sont troooooop bons, c’est une institution dans la Manche ! Cookies caramel au beurre salé d’Isigny-Sainte-Mère, c’est à TOMBER PAR TERRE MA CHIRI !

  4. Ça ne fait jamais de mal de gagner, quel que soit la course!
    J’espère que mainteant que la gloire et l’argent apporté par ton contrat son là, tu ne vas pas nous délaisser et fermer ton blog car sincèrement, plus que la course je retiens un style qui m’a captivé sur ce CR! ^^

    1. Mais nooooonnn je ne veux pas le délaisser mais j’ai un triple « souci » ces derniers temps : motivation toujours momolle + pas mal de choses à gérer pour mon retour en France + un nouveau travail où je dois prendre mes marques… J’espère pouvoir retrouver un rythme de publication plus proche de la normale à la rentrée, j’y tiens à ce blog ! 🙂

    1. Merci DaJo ! Y’a pas de quoi s’emballer mais c’était sympa, et puis ce format de course change un peu, ça fait pas de mal 🙂

  5. Fais gaffe, à être si forte, tu vas devoir porter le dossard collé sur la cuisse et courir en maillot de bain de Runneuse. Même si t’imagines que le macho que je suis kifferais.

Leave a comment