La saga marathon – Episode 4 : le tendon vous dis-je !

20 mai 2013

Compte rendu d’invité – La URUN : 10 km à Singapour + 30 étages

20 mai 2013

Ce qui fait courir les filles …

20 mai 2013
empty image
empty image

SupermanBon, ça y est, c’en est trop. J’ai déjà eu quelques “coups de gueule” (façon de parler, j’suis pas vraiment du genre belliqueuse) contre le machisme dans le monde du running ou contre les offres sportives trop markettées 100% filles.   

La cible de mon coup de nerf du jour ? Un article de RMC Running, intitulé « Le running, au bonheur des dames ». Désolée pour eux hein, c’est juste une goutte d’eau qui fait déborder le vase, je ne les perçois pas comme plus sexistes que d’autres. Juste, le dernier paragraphe m’a passablement irritée.

 

Analyse de texte

“Mais comment expliquer les raisons d’une telle affluence à chaque course ? La recette est simple. Oubliez les performances, l’obsession du chrono [bah oui, les filles sont toutes nulles de toute façon]. Ces dames privilégient le bien-être et le plaisir avant tout [elles courent juste pour perdre leurs 3 kg superflus, c’est bien connu !]. Et se laissent séduire, surtout, par des courses aux formats adaptés [comprenez : 5 km, pas plus. Bande de feignasses !], et dont les organisateurs prennent en considération un rythme pas toujours facile à adapter au sport-loisir [Allez, au cas où vous n’auriez pas compris : ELLES N’AVANCENT PAS, les limaces].”

 

Alors je SAIS que vous serez nombreux/ses à me trouver excessive. Mais cette représentation de la femme-runneuse dans les médias est à mon goût un peu trop récurrente ET limitée. Alors OUI, il y a plein de filles qui courent “juste pour le plaisir” et c’est tant mieux. OUI, il y a plein de filles qui sont intimidées par les courses “classiques” (peur d’être “trop nulles”, “pas à leur place”, etc.) … Mais est-ce la solution de les rassembler dans des courses 100% féminines ? On penserait quoi d’une course 100% masculine ? On en penserait du mal, bah ouais.

Peut-être les courses pourraient faire un effort pour mettre les femmes à l’aise ? Peut-être les médias pourraient-ils arrêter de minorer les performances féminines (pensée pour la 1ère féminine du marathon de Paris 2013, complètement ignorée) ? Bref, arrêtons de faire comme si c’étaient les femmes le problème. Non, c’est la représentation des femmes qui pose question.

Je ne me reconnais pas dans ces articles. Je cours pour le plaisir, oui, mais j’aime aussi améliorer mes chronos. Je peux courir plus de 5 km, plus de 10 km, plus de 21,1 km. L’idée de performance ne me fait pas peur. J’ai le mental, j’ai les muscles, j’ai la volonté. Et, je suis LOIN d’être la seule. Des filles qui courent aussi pour progresser, j’en connais et j’en lis plein. Donc, non messieurs et mesdames des rédactions de magasines/sites web, les filles ne courent pas UNIQUEMENT « pour le plaisir et le bien-être ».

Merci de les prendre en compte, elles aussi.

PS : des hommes qui courent « pour le plaisir », il y en a plein aussi.

26 comments

  1. Je n’ai pas lu l’article, ni me sent concerné par le sujet mais je vais apporter ma réponse.
    Les organisateurs jouent sur un effet de mode pour attirer les femmes sur un circuit (course route ou trail) qui attire plus facilement les hommes alors que la parité doit exister dans ce sport.
    Concernant les distances : il suffit de regarder les statistiques d’inscription sur les 5 courses du Mont-Blanc pour comprendre les choix des organisateurs :
    – 16,4% de femmes et 83,6% d’hommes sur le Marathon.
    – 9,4% de femmes et 90,6% d’hommes sur le 80km.
    – 36% de femmes et 64% d’hommes sur le Cross.
    – 15,4% de femmes et 84,6% d’hommes sur le KM Vertical.
    – 58% de femmes et 41% d’hommes sur le 10km.
    La tendance est quand même flagrante. Pour attirer les femmes, vaut mieux faire un 10km qu’en 80km.
    Les instances sportives vont aussi dans le sens des courses 100% féminines : cf les JO ou les champions du monde ou les règles sur les records féminins de l’IAAF.
    Les médias ne font que rajouter une couche visuel et stigmatiser la chose. Le plus simple est juste de ne pas se sentir concerné par « Ces dames qui privilégient le bien-être et le plaisir avant tout » ou de ne pas être que cela.

    Manue continue à courir pour toi, pour nous faire partager ton expérience, pour les émotions que ça te procure, sans écouter RMC !

    1. Les femmes sont plus nombreuses sur les distances courtes que sur les longues, c’est indéniable. Mais pourquoi ? Peut-être parce qu’elles sont nombreuses à se conformer à cette image que les médias leur renvoient ? Peut-être aussi parce que le schéma traditionnel de « madame gère les gosses et la maison » existe toujours … Et que préparer un 80 km entre temps n’est pas forcément aisé ? On peut penser que je vais loin … Mais c’est un cercle vicieux !
      Bref, ne t’inquiètes pas, je ne suis pas prête d’écouter RMC ! Et un jour, je ferai des ultra-trails rien que pour les contredire :p

  2. Et moi qui avais commencé à rédiger un article intitulé « Quand running rime avec shopping, la course à pied au féminin »… Non ? Nulle ma blague ?…Ok je sors !
    ….
    Euh je reviens juste pour dire aussi que tu pourrais rajouter les dernières campagnes tv Contrex où l’on découvre que les filles ne peuvent perdre du poids de manière fun qu’en pédalant pour mater des chippendales glabres et en petit boxer moulant. Sinon elles font moins d’efforts si y a pas un mec a poil en carotte. Bref elles resteraient grosses, perverses et frustrées…

    Ok…Je re-sors!

  3. 100km de Brive, le troisième scratch est une femme je crois.
    Je trouve ça naze aussi, surtout les courses féminines. Si on organisait des courses masculines, tout le monde crierait. Ca contribue à faire une différence qui n’a pas lieu d’être je trouve. Surtout qu’en regardant qui gère mieux son effort sur une longue distance, c’est toujours les femmes. Donc ce genre d’article, j’aimerais qu’ils aient plus de chiffres. Je vois plein d’hommes qui courent aussi en mode loisir. On a peut-être un peu plus l’esprit de compétition, mais là ça pue tellement le cliché…

    1. On est d’accord ! Et puis tout ça est aussi et surtout une question de marketing. C’est plus simple de distinguer les hommes des femmes. On adapte le message, on achète des t-shirts roses, on les fait danser sur Beyoncé au départ … Bref.

    1. Aaah en voilà un qui essaie d’attiser ma flemme de féministe ! Ça ne marchera pas 😉 !
      Plus sérieusement, ça m’dirait bien de faire des chroniques pour RMC mais pas sûre d’être dans le ton !

  4. Voila qui est drôle, je me suis faite exactement le même réflexion lorsque j’ai vu la course Nike à Paris « we own the night », réservée aux filles. Au prix exorbitant de 25euros. Du coup, j’ai pour principe de ne jamais participer à des courses réservées aux femmes. Au final, le mois dernier sur mon 10K au bois de Boulogne, je termine en 45 minutes et à l’arrivée un grand gaillard me tape sur l’épaule et me dit « merci hein, sans toi je finissais pas, je me suis accrochée à toi tout le dernier kilomètre »…Et dimanche dernier, 20K Paris St Germain, 1H36, idem, je termine avec un monsieur, sur lequel je beugle à l’arrivée, sur la dernière ligne droite, le type finit un tout petit peu derrière mais en 1H36 aussi. Il était content et moi aussi.
    Dans le prochain Zatopek, le journal super pour lequel j’écris, :), je fais un peu de pub mais pour la bonne cause, je signe une interview d’une dame d’un certain âge qui fut une des premières à se battre littéralement pour que les femmes puissent courir avec les hommes. Pour ce combat mené, je ne comprends pas que les filles aujourd’hui souhaitent en revenir à l’exclusion, alors qu’elles ont en souffert, alors qu’au sein de la course mixte, il y a des classements par catégories et donc par sexe, et que les hommes sont 99% du temps très accueillants, très gentils, souvent bien plus que les filles en réalité-le comble. Dimanche dernier, je termine 15e filles sur plus de 3800 personnes, des filles sur le parcours nous donnaient notre classement féminin, nous étions plus de 1600 nanas mine de rien à nous aligner au départ, et plein de mecs coureurs m’ont encouragé en entendant  » vous êtes 21e mademoiselle », « vous êtes 20e… », les mecs me souriaient alors et quand je les dépassais, souvent j’avais un petit mot  » bravo la fille ! Allez vas-y courage! », alors que précisément je les grattais. Un bon esprit, une réconciliation. L’égalité. N’est ce pas cela que nous voulions?

    1. Je suis bien d’accord avec toi et n’ai jamais eu la sensation de quelconque rejet de la part des hommes sur les courses. Mais, il faut croire que certaines filles ont une image déformée de la réalité. Peut-être aussi à cause du type d’articles que je commente dans ce post et qui impose UNE représentation, loin de refléter l’ensemble, de ce que sont les filles qui courent et de ce que sont les gens qui courent au sens large ? (Je me sens complètement incompréhensible).
      Ajoutons à ça des prix ridiculement élevés (la palme va quand même à La Parisienne et ses plus de 40€ pour une course de 6 km … Sachant que la part reversée à la lutte contre le cancer du sein est bien faible).
      Bref, y’a un esprit « clan » aussi qui doit motiver les filles sur ces courses. Un côté girl power un peu contradictoire. Je sais pas … Mais je ne pense pas m’aligner sur ce genre de course d’ici un bout de temps non plus (jamais dire jamais qu’il paraît …) !

      1. Si, si, on peut dire jamais 🙂 Et 40euros pour un équipementier qui, au passage, propose des séances soit disant dans le package alors que ces dites séances sont déjà proposées à l’année pour tout le monde gratuitement, c’est vraiment se moquer du monde.
        Les filles devraient à l’inverse venir courir sur des courses mixtes, les classements féminins existent et ça fait toujours plaisir de laisser des garçons aussi derrière, sans rancune 🙂

    1. Hello ! J’ai lu ton article quand tu as posté le commentaire (oui, je suis un peu en retard sur les réponses héhé). Je vais prendre le temps d’y poster un petit mot car ça m’a interpellée 🙂
      Merci pour la visite !

Leave a comment