Un marathon à Venise

26 avril 2016

D’où vient donc cette forme ?

26 avril 2016

En même temps, j’avais prévenu.

26 avril 2016

C’est marrant ce compte-rendu de marathon de Venise qui traîne en home depuis des mois. Je l’ai relu et j’ai relevé cette phrase qui a une résonance toute particulière aujourd’hui :

Je veux juste ARRÊTER DE COURIR BORDEL DE MERDE.

 Soit. Je me suis exécutée. Mais un peu plus longtemps que prévu.

Normalement, dans le petit monde des coureurs, après une course y’a la récup, après la récup y’a la reprise. Là j’ai bien récupéré. Aucun souci là dessus, les muscles sont frais ! Par contre la reprise … Je l’attends toujours.

Quand t’as juste plus envie, en fait.

Vous savez quoi ? En fait, j’ai plus envie. Ça faisait des mois que ça traînait. Depuis Athènes même. J’ai la sensation d’avoir terminé un cycle, d’être arrivée au bout d’un processus. Ça m’a apporté plein de trucs. La course, le blog, les objectifs, la progression, les événements, le côté communautaire du truc, les réseaux sociaux. J’ai vachement grandi avec tout ça, j’ai appris des tas de trucs, rencontré des gens tops et fait des expériences vraiment sympas. Mais aujourd’hui l’envie m’a quittée et je ne crois pas que je recommencerai à court ou moyen terme.

Le blog n’avait un intérêt que quand j’y mettais du cœur (et encore !). Certains, particulièrement clairvoyants, ont bien perçu que mes derniers articles étaient creux et manquaient clairement d’âme. Je faisais le CR parce qu’il fallait le faire. Alors qu’au début, je trépignais d’aller raconter ma course avec foule de petits détails que j’arrivais presque à rendre intéressants (j’ai dit presque, hein !).

Putain, dis comme ça, on dirait le cap des 3 ans d’une histoire d’amour. Merde, j’ai pas passé le cap avec le blog.

Fin 2015 j’ai eu envie de monter un projet pour me remotiver. Une forme d’expression différente sur le web, sur le thème du sport toujours, mais à plusieurs. J’ai même proposé à des gens extrêmement sympathiques, formidables, intelligents et talentueux. Je les ai saoulés avec ça et puis j’ai pas été capable de porter le projet à son terme. Pardon les copains.

C’est dommage, parce qu’il y a du potentiel. M’enfin, encore faudrait-il faire du sport pour pouvoir en parler sur le web !

Bon sinon, on court ou pas ?

Bah, c’est assez simple.

Avant je faisais des choses en fonction de mon planning sportif. Aujourd’hui je fais du sport quand j’ai le temps. C’est à dire pas souvent.

J’aspire tout de même à retrouver un contact plus régulier avec le sport parce que je sais que ça me fait du bien. Mon envie, c’est de réussir à garder une certaine condition physique, une bonne forme générale … Mais pas de faire de la course à pied un mode de vie. Ça ne m’intéresse plus suffisamment. J’ai mis beaucoup d’énergie dans la course à pied, au détriment d’autres choses. Et, très lentement, j’ai réalisé que ces autres choses me manquaient et qu’il fallait que je leur redonne une place.

Je n’ai aucun espèce de regret car j’avais besoin de ce processus pour en arriver là. Je n’ai pas la sensation d’avoir perdu mon temps. Parce que c’était du temps passé à me trouver.

Hou putain arrêtez moi. Je recommence la psychologie de comptoir. Pour ma défense, il est 23h08 au moment où j’écris et j’ai eu un week-end fatiguant.

Bref.

Fin de processus

Certaines personnes savent faire les mêmes choses, inlassablement, tout au long de leur vie. Moi je n’y parviens pas. Ça a des inconvénients, des avantages aussi. Je ne serai jamais excellente dans un domaine. Mais au moins je ne m’ennuie jamais.

Quant à ce blog, qu’en faire ? Il est là, il reste pour le moment. Il va sans doute petit à petit tomber dans les limbes de Google et disparaître de la surface de la première page de requêtes (ce qui équivaut à la mort, on est d’accord ?). Ou alors j’aurai envie de le relancer un jour. Qui sait ?

En tout cas merci à tous ceux qui ont un jour pris le temps de me lire. Je vous souhaite énormément de joie et d’amusement. Dans le sport mais aussi ailleurs. 

Parce qu’au fond, je l’ai toujours dit : courir, ça craint.

12 comments

  1. Ça reviendra. Moi cela a mis 23 ans à re-découvrir l’envie.
    C’est peut être la contrepartie d’une blogosphère qui multiplie tout parfois trop vite.
    Tu verras à ta crise de la quarantaine…. cela reviendra si ce n’est pas revenu avant !
    Bonne vie.

  2. ça reviendra… ou pas ! L’important c’est que tu sois sereine avec ton choix. Profites bien de la suite quelque soit tes nouvelles lubies ! peut-être qu’un jour tu reviendras avec triathlonsucks, ou paddlesucks, ah non je suis con le paddle c’est déjà has been sur la blogo ^^

  3. Putain Manue, assure, laisse le blog en ligne. Il me rapporte 5% de mes visites 😛

    Je n’arrive plus à retrouver cette citation, je me demande même si ce n’est pas moi qui l’ai assemblée à partir de plusieurs trucs. Bref. Ca dit que la vie, c’est choisir les choses que l’on aime que nous sommes prêts à sacrifier pour celles que l’on aime le plus. La course à pied (ou le vélo) n’est plus ce que tu aimes le plus, donc je suis content que tu aies fait ton choix. Le reste, c’est du blabla. (mais dans les trucs que tu aimes le plus, doit bien y avoir les potes, donc c’est cool) (mais laisse ton blog en ligne pour mes stats, s’t’euplait).

  4. J’ai raconté à plein de gens qu’il fallait trouver du plaisir à courir, sinon c’est pas la peine. Alors si le plaisir n’est plus dans la course à pied, dans l’envie de raconter la course à pied, alors oui, il faut chercher le plaisir ailleurs… Bonne route (en marchant, c’est bien aussi).

  5. Life is Life !
    Running Sucks c’est le titre de ton blog, c’était écrit d’avancer en fait ! 🙂
    Je le dis souvent, le plaisir doit rester la priorité numéro un avant tout le reste. Si tu n’en prends pas (ou plus…) pas besoin de se poser la question longtemps !
    J’espère quand même avoir l’occase de te rencontrer un de ses 4 (en France ou au Canada !), c’est pas parce que tu ne cours plus que tu vas te transformer en personne chiante et inintéressante ? (enfin si un peu, faut être coureur pour être hype c’est bien connu ! ;))

  6. Bon et bien, EVIDEMMENT, j’arrive après la bataille. Comme d’hab, en même temps. Ca aurait été bête de faire autrement sur ce post-là.
    Ecoute, bien sûr, on voyait le truc arriver. Enfin, surtout que tu n’étais plus aussi intéressée par le fait de partager des choses sur ton blog. Par contre, je n’avais pas vraiment vu venir le « désamour » de la course à pied. Mais ça, c’est hyper personnel donc on ne peut pas savoir.
    L’important est que tu sois heureuse dans ta vie et dans tes choix. Si la course à pied passe en 2nd plan pour être en accord avec toi-même, tant mieux ! C’est loin d’être la fin du monde, bien au contraire.
    Je vais faire mon égoïste : moi, je suis triste de ne plus te lire. J’aimais te lire et, tu le sais, pas seulement parce que tu parlais de course à pied. C’était là toute la magie de ton espace sur le web. Pour moi, tout du moins. Alors, si jamais tu as d’autres trucs à partager ici, n’hésite pas, hein ! Moi je lirai toujours avec grand plaisir (même si c’est pour parler d’un tournoi de pétanque 😉 ).
    Bonne continuation à toi. J’espère qu’on arrivera tout de même à se rencontrer un jour. Ca me ferait vachement plaisir. 🙂

  7. Je retombe sur ton blog, qui est toujours bien haut des recherches Google pour « test demi-Cooper »… Et je ris bien car je t’avais laissé un commentaire en avril sur le Marathon de Venise peu avant ce post que je découvre aujourd’hui.

    Pour la petite histoire, je me suis cassé le pied au début de l’été, donc je vais passer mon tour pour ce maudit marathon de Venise. Peut être qu’il vaut mieux.

    Quand la motive revient, viens faire le semi ou le marathon de Genève, y’a pas de ponts et c’est très beau!

Leave a comment